Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
156-70

René Luneau, Chants de femmes au Mali

Paris, Karthala, 2010, 156 p.
Elena Zapponi
p. 202
Référence(s) :

René Luneau, Chants de femmes au Mali, Paris, Karthala, 2010, 156 p.

Texte intégral

1Ce livre se propose d'analyser la société rurale du Mali à partir d'un répertoire traditionnel de ce pays : les chants des femmes, savoir qui scande le temps du quotidien, les étapes exceptionnelles de la vie comme les rites d'initiation féminine, le fiançailles et le temps d'apprentissage auprès de la belle famille, le mariage, la vie avec le mari, l'attente d'une grossesse, la joie que l'enfantement produit ainsi que le malheur de l'infertilité et le recours aux devins et marabouts pour essayer de guérir la « femme morte », celle qui ne peut engendrer.

2Le corpus de chants analysés a été recueilli à Beleko, un village de brousse malien où René Luneau séjourna en enquêtant sur le mariage coutumier et la condition féminine dans la tradition bambara.

3Cette recherche a donné lieu à un mémoire présenté à l'École Pratique des Hautes Études qui lui a valu les vifs compliments du professeur Claude Lévi-Strauss (dont le rapport est joint en annexe). Les chansons qui font l'objet de ce petit livre reprennent les grandes lignes d'une thèse, soutenue en Sorbonne, qui approfondissait le sujet (Les chemins de la noce. La femme et le mariage dans la société rurale au Mali, Thèse d'État, Paris, Éditions Université de Lille III). Elles ont été recueillies de 1964 à 1972 au cours de cinq voyages au Mali.

4En général, il s'agit de textes chantés par des adolescentes, qui parlent de la vie des femmes et des filles devant accomplir leur passage vers l'âge de femme. En ce sens, ce corpus, qui parle des différents rites de passage féminins, est une clé d'accès optimale à la société étudiée, comprise à partir des rôles qui y sont attribués : le statut de femme correspond au rôle d'épouse et de mère, qui permettra d'accroître la survie et la puissance de la « grande famille ».

5En chantant la vie des jeunes femmes, la vie de la collectivité qui entoure ces femmes et dans laquelle elles se trouvent en constante relation sociale est aussi chantée : voici donc apparaître dans ces beaux textes le milieu masculin ainsi que la génération la plus âgée, autant féminine que masculine, porteuse de conseils, gardienne de la sagesse traditionnelle et de l'ordre social ou, selon l'expression de l'auteur, de la « réalité de l'alliance ».

6Le livre est organisé en six chapitres, chacun centré autour d'une thématique sociale dont les chants restituent le contexte. Est d'abord considéré le temps de la probation et le passage à l'âge adulte marqué par l'excision (chap. I : Le temps de l'adolescence) ; ensuite l'auteur regroupe les chants portant sur l'apprentissage préalable au mariage et sur l'inquiétude de la femme qui doit quitter son noyau familial pour s'intégrer à la belle-famille d'un mari que souvent elle n'a pas choisi (chap. II : La maison du mari) ; puis sont analysés la fertilité, la grossesse, l'enfantement (chap. III : Les visages du bonheur) ; on s'attarde ensuite sur la condition de la femme, coépouse au sein de foyers polygames (chap. IV : Le bonheur partagé) ; la vie conjugale, la fidélité, la jalousie et l'adultère sont au cœur du chapitre suivant (chap. V : La vie et ses contradictions) ; et l'ouvrage se conclut (chap. VI : La difficulté d'être femme) par une réflexion qui porte sur les difficultés vécues par la femme face à la réalité de l'alliance et à son rôle « relationnel » d'épouse et de mère défini par rapport aux exigences de la société masculine, « lieu de la vie » qui permet l'épanouissement de l'homme.

7Le livre se clôt en interrogeant les traditions d'hier et les usages d'aujourd'hui, la scolarisation progressive à Beleko autant que les migrations des jeunes et les améliorations des communications entre pays limitrophes, faits qui introduisent chez les jeunes Bambaras une tendance aux dérogations des normes traditionnelles et un bouleversement du savoir sociétal lié à l'âge. Alors que les frontières de ce monde rural autocentré s'ouvrent, un effritement des certitudes traditionnelles se produit. Ce changement s'explicite dans une autonomie accrue de la cellule de base, le couple, en face de la grande famille comme dans les protestations qui ont eu lieu, en 2009, dans le stade de Bamako concernant l'adoption d'un nouveau Code du mariage rappelant le devoir d'obéissance de la femme à son mari.

8Comme le remarque René Luneau, par un regard qui s'efforce constamment de saisir le point de vue indigène de la société bambara, tandis que l'héritage culturel exerce toujours son poids, les nouvelles générations remettent en discussion ce qui traditionnellement faisait la singularité de la femme dans la société rurale. Dans ce tournant, qui bouscule l'idée traditionnelle d'accomplissement féminin, la pratique de l'excision et du mariage forcé, chantés comme des rites de passage violents et dramatiques mais nécessaires, est remise en question. Mais, souligne René Luneau, la modification d'un héritage culturel identifié dans les villages avec l'identité profonde bambara est un processus de longue durée : le projet de loi adopté après 2002, portant sur l'institution d'un programme national de lutte contre l'excision, rejoignant des pays comme le Sénégal ou le Bénin, où cette mutilation sexuelle est interdite par la loi, n'est qu'un pas dans la direction de protéger les droits des femmes au Mali. La chanson de la petite Soumba, fillette affolée qui renverse la forgeronne et lui crève les yeux, est encore un miroir de la vie et d'une bataille qui n'est pas gagnée : « Soumba n'a pas écouté la parole de sagesse/ pauvre petite Soumba/ (...) Soumba a bousculé la forgeronne, bing !/ Elle l'a faite tomber, bing !/ Elle lui a crevé les yeux/ la fillette de la forgeronne a pleuré/ Elle a dit : /Voilà perdue la main de ma mère/ qui faisait de bonnes choses/ Iyooo ... la journée sera rude. »

9De très agréable lecture, l'ouvrage chante le mode de vie et la culture des Bambaras autant que le bouleversement que la modernité introduit dans leur organisation étatique centrée sur les droits de la masculinité et le devoir/pouvoir de vie féminin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Zapponi, « René Luneau, Chants de femmes au Mali », Archives de sciences sociales des religions, 156 | 2011, 202.

Référence électronique

Elena Zapponi, « René Luneau, Chants de femmes au Mali », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 156 | octobre-décembre 2011, document 156-70, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/22911

Haut de page

Auteur

Elena Zapponi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org