Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
152-35

Pépin Wenceslas Firmin Dandou, Les conférences des évêques d’Afrique. Bilan et perspectives

Paris, L’Harmattan, coll. «Églises d’Afrique», 2009, 245 p.
Magloire Somé
p. 9-242
Référence(s) :

Pépin Wenceslas Firmin Dandou, Les conférences des évêques d’Afrique. Bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, coll. «Églises d’Afrique», 2009, 245 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui présente brièvement un aperçu historique des différentes conférences épiscopales d’Afrique, peut être considéré, ainsi que l’évoque le sous-titre, comme un bilan. L’auteur a eu le souci de remonter dans le passé pour décrire les rencontres entre les évêques d’un même territoire colonial devenu indépendant ou d’une même province ecclésiastique ayant regroupé plusieurs territoires. Les raisons de ces rencontres sont esquissées: nécessité pour les vicaires apostoliques, puis les évêques de se concerter en vue d’apporter des réponses aux problèmes communs du moment et de l’espace territorial dont ils ont la charge.

2L’ouvrage, composé en cinq chapitres, présente la mise en place des conférences suivant une approche chronologique. Les premières initiatives de rencontre (entre 1906 et 1914) sont les synodes missionnaires du Cameroun allemand dont l’évangélisation par les catholiques avait été confiée aux Pallotins. À partir de 1949, les rencontres des évêques du Cameroun sous mandat français deviennent des conférences plénières.

3Les évêques du Congo belge éprouvent la nécessité des rencontres à partir de 1907, donc pratiquement au même moment que les Pallotins du Cameroun allemand. À partir de 1932, la conférence du Congo belge s’étend au Rwanda-Burundi pour ne former qu’une seule instance. C’est l’Afrique du Sud qui instaure, dès 1927, le principe de ces rencontres. Vient ensuite la conférence des évêques du Congo français, le Congo-Brazzaville à partir de 1937 dans le cadre d’abord territorial, puis du groupe de l’AEF. À ce niveau, on relève un déséquilibre dans la balance des informations donnée: la moitié du chapitre (pp.48-75) est consacrée à la présentation de la conférence des évêques du Congo-Brazzaville dans son évolution de 1937 à nos jours. Enfin, en deux pages (pp.76-77), l’auteur évoque les rencontres qui préludèrent à l’institution de la conférence comme organe de concertation des évêques d’Afrique anglophone et d’Afrique occidentale française.

4Ce premier chapitre, qui fait l’historique des conférences dans des cadres territoriaux, puis nationaux, pose, en plus du déséquilibre évoqué, un problème méthodologique: les développements font des digressions par rapport à l’intitulé même du chapitre censé faire le bilan des conférences avant le concile Vatican II. Depuis le premier cas, celui du Cameroun, chaque conférence est présentée des origines à nos jours!

5Dans le chapitre 2 (pp.79-98), portant sur l’organisation des conférences d’Afrique à partir du concile Vatican II, le contenu est en décalage avec le titre. L’auteur n’examine plus les conférences nationales, mais présente plutôt les regroupements de ces conférences en structures régionales et continentales.

6Le chapitre 3 (pp.99-110) analyse les facteurs de naissances des conférences. L’auteur remonte au début du xxe siècle, à Pie X et à Benoît XV, pour indiquer les circonstances ayant conduit les évêques à instaurer le devoir de concertation en vue du développement des missions catholiques.

7Dans le chapitre 4, consacré au développement des conférences épiscopales, le Père Dandou remonte à Jean XXIII pour montrer le rôle essentiel que les lettres encycliques ont joué dans le processus de mise en place de cadres de concertation nationaux, transnationaux et continental. Il montre l’influence que chaque Pape, de Paul VI à Benoît XVI, a exercée sur les Églises d’Afrique et leurs conférences épiscopales. Une part belle est faite à la présentation des voyages de Jean-Paul II en Afrique.

8Le chapitre 5 présente les perspectives à travers une brève analyse et des annexes de textes juridiques visant à renforcer la capacité de législation des conférences en matière d’évangélisation et de pastorale sociale.

9Ainsi conçu, l’ouvrage contient des répétitions en raison d’une démarche qui manque de logique et oblige à des retours en arrière. En fait de bilan, l’auteur n’offre qu’une simple présentation des différentes structures de concertation épiscopales, se ramenant souvent à une simple énumération de noms d’évêques composant celles-ci. De là des erreurs que l’on peut relever dans la présentation de certaines conférences comme celle du Togo (p.83): Mgr Julien Mawale Kuto n’est plus, depuis février 2008, l’évêque d’Atakpamé, il a été remplacé par Mgr Nicodème Bénissan-Barriga! On regrette donc l’absence d’une analyse critique qui aurait pu donner de la valeur à l’ouvrage et tout l’intérêt qu’il mérite dans l’histoire ecclésiastique de l’Afrique. Pourtant l’auteur s’est appuyé sur une nombreuse documentation de première main faisant bien le tour de la question traitée et sur une sélection bibliographique intéressante.

10En conclusion, cet ouvrage se ramène à un simple document d’information sur les conférences épiscopales. Son intérêt scientifique est mineur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magloire Somé, « Pépin Wenceslas Firmin Dandou, Les conférences des évêques d’Afrique. Bilan et perspectives », Archives de sciences sociales des religions, 152 | 2010, 9-242.

Référence électronique

Magloire Somé, « Pépin Wenceslas Firmin Dandou, Les conférences des évêques d’Afrique. Bilan et perspectives », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 152 | octobre-décembre 2010, document 152-35, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/22685

Haut de page

Auteur

Magloire Somé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org