Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
152-83

Hervé Martin, Pérégrin d’Opole (v. 1260-v. 1330). Un prédicateur dominicain à l’apogée de la chrétienté médiévale

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection «Histoire», 2008, 218 p.
Bénédicte Sère
p. 9-242
Référence(s) :

Hervé Martin, Pérégrin d’Opole (v. 1260-v. 1330). Un prédicateur dominicain à l’apogée de la chrétienté médiévale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection «Histoire», 2008, 218 p.

Texte intégral

1Ce livre est en forme d’essai. Ou plutôt de lecture commentée au fil des pages, à la manière des lectiones médiévales. Hervé Martin, professeur émérite, spécialiste de la prédication et des mentalités médiévales du xiie au xve siècle, se plaît en peu de pages à rendre la voix du dominicain silésien dans ses homélies. Pérégrin d’Opole (v. 1260-v. 1330), né à Oppeln en Silésie, est rattaché au couvent dominicain de Racibórz (Ratibor) et de Wrocł>aw (Breslau). Prieur dans ce dernier couvent, provincial de la province de Pologne à trois reprises puis inquisiteur, de 1318 à 1327, in regno Bohemiae, Pérégrin a beaucoup prêché. Cent vingt-huit de ses homélies sous forme d’allocutions «du temps» et «des saints» (sermones de tempore et de sanctis) nous sont parvenues qui ont été composées entre 1297 et 1304 et ont connu une large diffusion dans l’Occident de la fin du Moyen Âge. L’historien donne la parole à son prédicateur en traduisant chacune de ses homélies, éditées par le médiéviste polonais Richard Tatarzynski, à Varsovie, en 1997. Après Jean Gobi le Jeune, présenté par Marie-Anne Polo de Beaulieu, après Federico Visconti, archevêque de Pise, dont Nicole Bériou a montré le talent et les conditions d’exercice, après Nicoluccio de Ascoli, à qui Xavier Masson a rendu la prédication effective, Hervé Martin se propose à son tour, et à sa manière, de faire résonner la voix de ce fils de saint Dominique prêchant au tournant des xiiie et xive siècles. Le volume fait donc alterner le texte homilétique traduit et les gloses de son traducteur.

2Pérégrin d’Opole n’est pas Vincent Ferrier, cet ange terrible de l’Apocalypse qui menaçait du spectre du Jugement dernier les foules de ses auditeurs au début du xve siècle. Pérégrin, et c’est tout l’intérêt de son témoignage aux yeux de l’historien, est un prédicateur ordinaire mais compétent. Son propos appartient au discours religieux standard de la fin du xiiie siècle qui vise avant tout à l’efficacité pastorale. En ce sens, il est un excellent représentant des idéaux cléricaux et pastoraux de son époque, celle qui met en œuvre le concile de LatranIV, de même qu’il permet de saisir un état de la prédication médiévale et de photographier une certaine représentation du monde, que Henri Martin, à la suite de Jérôme Baschet, appelle «cosmovision».

3Ce que l’on entend dans ces homélies, c’est une parole nourrie d’Écriture sainte, sans complexité théologique ni argutie scolastique, une pédagogie attentive, une narration dynamique parsemée de vivants exempla qu’il puise dans le stock de tous ses prédécesseurs, une infaillible technique de conteur jointe à une rhétorique poétique, une pastorale de la peur, déjà, dont Jean Delumeau assurait qu’elle avait lieu pour mieux rassurer, une orthodoxie à toute épreuve fidèle à la lettre au christianisme romain dans la ligne de Latran IV. Ce que l’on notera pourtant comme originalité et spécificité, c’est l’absence de misogynie, voire sa «phylogynie bien tempérée», atypique en son temps, voire avant-gardiste, mais aussi un ardent défenseur des pauvres, des travailleurs et des artisans, méfiant envers les bourgeois et les commerçants, les usuriers et les juifs. Ce que l’on revit à travers sa parole, c’est l’ambiance germano-polonaise de ce xiiie siècle finissant, période où les Chevaliers teutoniques, installés depuis 1226, avancent sûrement le long de la Vistule, vers le littoral de la Baltique pour occuper la Poméranie de Gdansk en 1308-1309. D’où les tensions entre Polonais et Chevaliers teutoniques. D’où la thématique de la conversion des païens. D’où également son amour pour saint Adalbert (956-997), le grand saint polonais, évangélisateur des Pruthènes (Prussi), évêque et martyr, canonisé dès 999, vénéré dans toute l’Europe centrale. Une dévotion qui n’en éclipse pas pour autant le panthéon régional: saint Stanislas de Cracovie, saint Venceslas de Bohême, sainte Hedwige de Silésie et sainte Élisabeth de Thuringe.

4Clarté, brièveté, efficacité de ses sermons: autant de qualités qu’il est bon de réentendre pour se rappeler aujourd’hui encore comment construire un bon sermon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Sère, « Hervé Martin, Pérégrin d’Opole (v. 1260-v. 1330). Un prédicateur dominicain à l’apogée de la chrétienté médiévale », Archives de sciences sociales des religions, 152 | 2010, 9-242.

Référence électronique

Bénédicte Sère, « Hervé Martin, Pérégrin d’Opole (v. 1260-v. 1330). Un prédicateur dominicain à l’apogée de la chrétienté médiévale », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 152 | octobre-décembre 2010, document 152-83, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/22536

Haut de page

Auteur

Bénédicte Sère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org