Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
152-100

Gaël Rideau, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au xviiie siècle

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 391 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 9-242
Référence(s) :

Gaël Rideau, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au xviiie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 391 p.

Texte intégral

1Par la personnalité de certains de ces évêques (Fleuriau ou Jarente), par la place qu’y occupe de façon parfois particulièrement aiguë, la crise janséniste, l’Orléans religieux du xviiie siècle méritait à coup sûr une synthèse fondée sur des approches croisées, qu’il s’agisse de sources, d’institutions et d’individus. Cependant, c’est autour de la vie paroissiale que l’analyse se joue. La paroisse ou plutôt les paroisses d’Orléans, dans leur évolution et leur disparité, dans leurs modes de gestions qui révèlent bien souvent des modalités de pratiques et de représentations (quêtes, location des bancs...) Les dévotions paroissiales sont donc à la fois le reflet de l’influence pastorale des évêques et du clergé et des résistances aux pratiques pastorales mises en œuvre, faisant une large place aux processions, aux fêtes des saints, aux pratiques confraternelles et identitaires, non sans permettre aussi l’affirmation d’une piété intériorisée en lien avec la montée d’une certaine individualisation de la vie spirituelle y compris au cœur de la paroisse.

2Cette individualisation, l’auteur la perçoit grâce à l’étude des testaments, des inventaires après décès ou celle des catalogues de bibliothèques, à la croisée du religieux et du savoir diffusé dans les milieux nobles et bourgeois. La piété domestique prend toute sa place, en particulier grâce à cet accès aux livres de piété et à la diffusion des objets privés et autres images, souvent bien plus répandus que les livres eux-mêmes. La thèse de G.Rideau présente donc une illustration des spécificités de la vie religieuse du siècle des Lumières en province, tout particulièrement en ville. En effet, la proximité rurale d’Orléans témoigne d’un clivage entre villes et campagne autour de cette évolution. Reste la question janséniste, «un parmi d’autres éléments» de l’histoire de ce vécu religieux orléanais. Cependant, la force des débats et la place occupée par la crise et ses retentissements dans la ville elle-même, au cours des années 1717-1740 au moins, ne sont pas sans conséquences, y compris sur la place des femmes dans la vie religieuse. À titre d’exemple, l’auteur aurait pu évoquer les dix mille pages manuscrites d’extraits bibliques et de dom Calmet, réalisées par une ursuline orléanaise dans les années 1730-1740, la Mère de Foyal de Saint-Parfait. De nombreux tableaux, cartes et graphiques permettent de saisir mieux encore l’ensemble de cette évolution, tandis qu’une riche bibliographie resitue cette thèse dans l’historiographie la plus récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Gaël Rideau, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au xviiie siècle », Archives de sciences sociales des religions, 152 | 2010, 9-242.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Gaël Rideau, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au xviiie siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 152 | octobre-décembre 2010, document 152-100, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/22507

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org