Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
152-38

Michel Deneken, Francis Messner, (dirs.), La théologie à l’Université. Statut, programmes et évolutions

Genève, Éditions Labor et Fides, 2009, 220 p.
Pierre Lassave
p. 9-242
Référence(s) :

Michel Deneken, Francis Messner, (dirs.), La théologie à l’Université. Statut, programmes et évolutions, Genève, Éditions Labor et Fides, 2009, 220 p.

Texte intégral

1Discipline de pensée dominante à l’origine de la création des universités européennes au Moyen Âge, la théologie se voit rendue aux marges de l’enseignement supérieur dans le monde. Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque à l’initiative d’universitaires strasbourgeois (Michel Deneken et Francis Messner), livre un premier panorama, explicitement non exhaustif, du statut universitaire actuel de cette discipline. Si le régime général de laïcité a conduit à privatiser l’enseignement de la théologie du côté des Églises, les visées culturelles semblent maintenir une certaine mémoire de « l’intelligence de la foi » à travers l’histoire des religions. Énoncé par Kant, puis lourdement marqué en France par la séparation entre instituts « libres » et universités d’État à la fin du xixe siècle, le fameux « conflit des facultés » semble aujourd’hui quelque peu dépassé, du moins en termes épistémologiques. En dépit d’une division qui pèse encore sur les consciences et les programmes, des coopérations nouvelles entre théologie et sciences humaines s’esquissent à la faveur des harmonisations européennes mais aussi des évolutions doctrinales et théoriques de part et d’autre des Églises et des disciplines. Les vicissitudes du christianisme dans le monde sécularisé, la curiosité publique qu’y suscitent les survivances de multiples traditions religieuses et le tournant herméneutique dans les sciences humaines tendent vers de nouveaux échanges dans les secteurs de la culture cultivée. C’est du moins ce qu’atteste, sur le papier, une première mise à plat des programmes entre facultés de théologie et quelques écoles doctorales en sciences des religions en France (Françoise Curtit, Anne-Laure Zwilling).

2L’ouvrage se divise en deux parties : l’enseignement universitaire des théologies chrétiennes, d’une part, et celui des « théologies musulmane, hébraïque et bouddhique », d’autre part. Dans la première partie, la part belle revient à l’expérience française. Quelques incursions au Canada, au Liban ou en Grèce, aussi intéressantes soient-elles, ne peuvent cacher l’absence regrettable de l’Allemagne, lieu historique de l’enseignement théologique en Europe, ou des États-Unis dont la multiplicité vivante est à peine perçue à travers l’exemple canadien. La seconde partie n’offre de son côté que quelques aperçus sur les traditions monothéistes cousines et sur le bouddhisme, dont on peut se demander s’il relève bien de la théologie.

3Manifestement, le mot théologie fait corps avec la chrétienté occidentale. Il revient d’ailleurs à un théologien, Henri-Jérôme Gagey, d’en proposer une définition à double détente : « Auto-interprétation critique de la foi par la médiation de procédures réglées d’objectivation » (p. 56) ; la foi étant entendue comme « expérience du mystère de l’existence telle qu’elle est donnée à vivre au sein de la tradition chrétienne comme ensemble de pratiques narratives, liturgiques et communautaires qui constituent dans le sujet croyant l’évidence de la figure de l’amour livré en Jésus-Christ comme manifestation de la vérité de l’Etre » (p. 53). Le professeur de l’Institut catholique de Paris pose que tout individu est livré à l’écart entre la doctrine chrétienne et son intuition toute personnelle. La modernité ayant accru cet écart, la théologie s’affirme comme « opération de  vérification clinique ». Lieu natif de codification de cette activité, l’Université peut, aussi, être aujourd’hui le lieu d’accueil de cette histoire à travers l’essor des sciences religieuses ; ces dernières s’enrichissant au contact des témoins d’une pensée théologique qui se survit à elle-même loin de toute prétention hégémonique.

4À cette rare contribution sur le fond, fait écho une réflexion plus spéculative de Grigorios Papathomas, de l’Institut orthodoxe Saint-Serge, qui s’interroge sur la place des doctrines séparées dans un monde globalisé. Le cas des théologiens chrétiens du Liban contemporain, confrontés à la triple requête de la modernité, de l’arabité et de l’islamité, en montre toute l’acuité comme l’indique Mouchir Basile Aoun. L’université peut ainsi être le lieu de renouvellement conjoint des traditions de pensée chrétienne et musulmane au-delà des formalités du dialogue interreligieux.

5Le dossier chrétien s’illustre de diverses études de cas. Celui de Strasbourg est exemplaire à cet égard. Michel Deneken retrace son histoire issue de la Réforme et qui aboutit aujourd’hui, via les moments d’annexion allemande, au système dérogatoire qui intègre de plein droit les facultés de théologie, protestante et catholique, au sein de l’université d’État. Pôle de laïcité apaisée et ouverte à son patrimoine religieux, cette université européenne rayonne au-delà des frontières nationales et disciplinaires. Dans la même veine, le système canadien, présenté par Gilles Routhier, témoigne d’évolutions notables qui affectent la théologie dans les pays les plus sécularisés : concentration universitaire, diversification doctrinale, ouverture aux sciences humaines. Depuis Vatican II, l’étude de la Bible semble avoir détrôné la Somme théologique de Thomas d’Aquin. Exégèse et catéchèse sollicitent les sciences humaines et stimulent aussi les théologies contextuelles et pastorales. Nouveaux lieux théologiques dont l’émergence ne va pas sans tensions, fort concrètes : « Se comprenant elle-même comme instance critique et revendiquant sa liberté académique, (la théologie) a paradoxalement à rendre compte de son activité à des autorités académiques, à l’autorité ecclésiale, aux étudiants porteurs de demandes parfois contradictoires, aux administrateurs aux prises avec de sévères coupes budgétaires et à la société qui tolère de moins en moins que l’on réserve une place, dans l’université publique, à une confession religieuse particulière » (p. 124). Le Québec d’après la « Révolution tranquille » semble avoir, plus que d’autres pays, innové dans le désenclavement ecclésial de la théologie au sein de l’espace universitaire. Il reste à savoir ce que la pensée théologique en tire pour son renouvellement.

6Un tel modèle coopératif se distingue de celui des facultés confessionnelles et privées, tel que Christopher Sinclair le décrit pour le monde évangélique en Europe : un système de formation longue dédiée à la reproduction ecclésiale mais qui est menacé par la concurrence d’instances missionnaires. L’évocation succincte, par Christos Filiotis, du cas grec dans le monde orthodoxe – qui clôt le dossier chrétien –, montre cependant que le conflit des facultés n’est pas fatal et que la théologie y garde une petite place dans l’université publique.

7La seconde partie de l’ouvrage, moins volumineuse et plus éclectique, aborde la situation universitaire des traditions de pensée non chrétiennes. Malgré une grande proximité notionnelle et institutionnelle avec la théologie médiévale chrétienne, la théologie musulmane s’est rapidement figée à l’époque moderne dans ses catégories juridiques comme le retrace Eric Geoffroy. Les liens distendus avec la philosophie ne se sont renoués que dans certains pays d’immigration comme la France où la connaissance de l’islam mobilise par ailleurs d’importants programmes de sciences humaines. Un premier panorama des diverses formations universitaires en Europe traduit à cet égard une certaine tension entre objectifs laïques et communautaires. (Françoise Curtit, Anne-Laure Zwilling). Une rapide description, par Mehmet Zeki Aydin, des enseignements théologiques dispensés aujourd’hui dans les universités de Turquie clôt ce dossier islamique.

8Du côté du judaïsme, l’inlassable commentaire rabbinique sur les prescriptions de la loi du peuple élu reste bien étranger à l’entreprise de définition systématique et rationnelle de l’essence divine à l’origine de la théologie chrétienne, comme le rappelle Frank Alvarez-Pereyre. De Philon d’Alexandrie à Moïse Mendelssohn en passant par Maimonide, la réflexion métaphysique n’en a pas moins nourrit la pensée juive. À l’instar de l’histoire et de la philologie, qui au xixe siècle se saisissent des grandes traditions religieuses, la « science du judaïsme » (Wissenschaft des Judentums) introduit la tradition talmudique dans le giron universitaire européen. Mais les divers courants de pensée et de pratiques, qui vont de l’orthodoxie la plus radicale au libéralisme le plus débridé, multiplient les lieux divergents d’enseignement et de recherche dans les pays de diaspora comme au sein même du jeune État d’Israël.

9Sotériologie issue de lointaines traditions védiques, le bouddhisme est riche de doctrines, d’écoles et de lignées divergentes. La confrontation de ce mouvement itinérant avec les systèmes spirituels des diverses sociétés d’accueil, tels que l’hindouisme, le confucianisme, l’islam ou le christianisme, explique une telle prolifération de voies. Lionel Obadia nous livre un utile aperçu de ces liens entre un noyau dur doctrinal et ses variations au fil de l’histoire de sa diffusion. Le rapport sans doute problématique de cette tradition de pensée avec les structures universitaires dans le monde reste cependant à élucider.

10Assez inégal dans ses approches, cet état des lieux des relations actuelles entre théologie et université a le mérite d’exister. Il reflète en filigrane l’influence de la pensée chrétienne sur le monde universitaire, sans pour autant l’expliciter selon une généalogie critique. Outre l’absence des poids lourds germanique et anglo-saxon, on regrettera également que la définition de la théologie ne soit ici que l’apanage des théologiens. Une confrontation entre philosophes et historiens de la théologie et théologiens proprement dits aurait sans doute enrichi le dossier. Saluons donc ces actes de colloque comme une pierre d’attente pour d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lassave, « Michel Deneken, Francis Messner, (dirs.), La théologie à l’Université. Statut, programmes et évolutions », Archives de sciences sociales des religions, 152 | 2010, 9-242.

Référence électronique

Pierre Lassave, « Michel Deneken, Francis Messner, (dirs.), La théologie à l’Université. Statut, programmes et évolutions », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 152 | octobre-décembre 2010, document 152-38, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/22072

Haut de page

Auteur

Pierre Lassave

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org