Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
148-18

David Berliner,Ramon Sarro, Learning Religion. Anthropological Approaches

New York, Berghahn Books, 2007, 239 p.
Bruno Michon
Référence(s) :

David Berliner,Ramon Sarro, Learning Religion.
Anthropological Approaches, New York, Berghahn Books, 2007, 239
 p.

Texte intégral

148-18

1Entre les sciences cognitives et l’anthropologie de l’apprentissage, David Berliner et Ramon Sarro proposent dans cet ouvrage passionnant un recueil d’articles sur l’apprentissage religieux. Cet ouvrage collectif est le fruit d’un symposium qui s’est tenu, en septembre 2005, à l’université de Lisbonne. On peut se féliciter de la diversité des origines des chercheurs et des terrains qu’ils abordent dont voici un aperçu.

2En dehors de l’article plus théorique de Carlo Séveri, le domaine de l’islam africain est abordé par David Parlin, celui-ci propose une approche de l’enseignement religieux dans un islam diversifié et syncrétique. Il cherche à comprendre comment une idée religieuse devient acceptable. Le cas de Mayotte intéresse Michael Lambek qui compare les pratiques de l’islam, de la possession et de l’astrologie. Il interroge, en reprenant les réflexions d’Austin, les catégories de la sincérité de l’acte et les possibilités de réussite du rituel. L’article de Marcio Goldman cherche à développer une ontologie du candomblé angolais. Finalement l’auteur, qui s’appuie sur la notion de multiplicity, reste proche des réflexions de Roger Bastide. L’excellent article de Joao Vasconcelos constitue un utile rappel sur le rationalisme chrétien du Cap-Vert, l’auteur se concentrant sur la présence des femmes de classe moyenne dans l’accession à la médiumnité. Devenir medium constitue selon lui une confirmation des normes morales régissant la société capverdienne.

3L’étude d’une Église Born Again au Cameroun par Michael Rowlands analyse la dimension sonore voire bruyante dans la transmission religieuse. Il pose la question, trop peu étudiée, de l’importance de l’enveloppe sonore dans « la praxéologie de la parole et du son, caractéristique du vivre et du mourir. » et conclut par un détour fécond aux écrits d’Attali sur l’économie politique de la musique.

4Du côté de l’Asie, Aurora Donzelli décrit les évolutions de la religion traditionnelle au Toraja. Les frictions et la recherche de légitimité de deux groupes de prêtres, l’un que l’on pourrait qualifier d’ancien et l’autre de nouveau, se cristallisent dans l’économie de la parole rituelle. La question de l’authenticité de ces nouveaux prêtres est mise en doute par les anciens qui leur reprochent l’apprentissage par cœur de vers anciens, le véritable rite, selon eux, étant la composition libre. Cette confrontation est expliquée en termes de marché de la parole par l’auteure, les nouveaux prêtres s’adaptant à une société de plus en plus individualisée.

5Quelques milliers de kilomètres plus au nord, Charles Stafford, se demande en quoi la notion de quantité l’emporte sur la qualité dans la religion chinoise. L’important n’est, selon lui, pas tant l’authenticité, mais le nombre de bâtons d’encens brûlés. Il lie ces remarques à la façon dont les enfants chinois perçoivent et apprennent la religion de leurs parents et insiste sur le travail de l’imagination dans la fabrication du croire de ces derniers.

6Dans le domaine occidental, Laurence Hérault étudie le Dieu « normal », quotidien, enseigné au catéchisme en Europe. L’étude particulière de l’apprentissage de l’eucharistie, permet d’illustrer la croyance en « mode mineure » pour citer Albert Piette qu’elle reprend d’ailleurs à juste titre. De l’autre côté de l’Atlantique, Michael Houseman s’intéresse aux célébrations de rites menarchiques dans le New-Age en comparant deux rites : celui de la « gifle menstruelle » et celui des cérémonies des premières règles largement développées aux États-Unis. Il affirme la complémentarité des deux types d’opérations communicatives à l’œuvre dans ces rites : l’interprétation inférentielle et la simulation empathique.

7Finalement, ce recueil contient des pistes de recherches intéressantes sur la question du devenir croyant. En interrogeant les catégories de l’authenticité dont l’ironique injonction du « sois authentique ! », les auteurs nous amènent à concevoir la multiplicité des modes de transmission et d’apprentissage à l’œuvre dans la sphère religieuse. On pourra juste regretter l’impression de recours systématique aux sciences cognitives et aux ouvrages de Whitehouse, Sperber ou Boyer, alors même qu’on cherche à comprendre plus qu’à expliquer le phénomène d’apprentissage. Pourquoi parler de dopamine (David Parlin, p. 63), quand il suffit de comprendre le phénomène en son caractère éminemment social ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Michon, « David Berliner,Ramon Sarro, Learning Religion. Anthropological Approaches », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 148 | octobre-décembre 2009, document 148-18, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/21514

Haut de page

Auteur

Bruno Michon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org