Navigation – Plan du site
Lectures croisées

À propos de : Camille Tarot, Le symbolique et le sacré. Théories de la religion, Paris, La Découverte, 2008, 860 p.

p. 23

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 31 décembre 2009.

1Après avoir exploré la genèse de la pensée du symbolique à partir des œuvres de Durkheim et de Mauss (De Durkheim à Mauss, l’invention du symbolisme. Sociologie et science des religions, Paris, La Découverte, 1999), Camille Tarot poursuit sa réflexion avec ce dernier ouvrage dans lequel il appréhende le fait religieux à travers le lien entre le sacré et le symbolique. Il revisite pour cela un panel d’auteurs classiques, principalement de langue française: « Durkheim et Mauss ou le sacré et le symbolique; Eliade ou le retour à l’indistinction du sacré et du symbolique; Lévi-Strauss ou le symbolique sans le sacré; Girard ou le réalisme du sacré à l’origine du symbolique; Bourdieu, le symbolique médiateur de la domination en absence de sacré; et Gauchet: ni sacré, ni symbolique.» (p.31).

2La relecture et la comparaison systématique de ces œuvres qui se tournent souvent le dos dégage un espace théorique où la bipolarité entre le sacré et le symbolique se double d’une tension fonctionnelle entre monde d’en haut (religion légitime, cosmologie divine) et monde d’en bas (profondeurs de la magie, part maudite des pulsions). Dans cet espace quadripolaire la violence se donne comme élément moteur; l’auteur avance ainsi l’idée d’une approche « bialogique» (biâ: violence en grec) du fait religieux.

3Malgré son épais volume, cet essai de reconstruction théorique n’en est qu’aux préalables d’une refondation de l’anthropologie des faits religieux après le moment structuraliste et face à l’interpénétration des cultures. Il en appelle au travail patient de relecture croisée d’autres traditions savantes, l’allemande et l’anglo-saxonne principalement. Sa grille de lecture vaut cependant pour la compréhension des phénomènes contemporains. L’auteur annonce d’ailleurs à cet égard ce qui devrait être le troisième volet de son enquête: la sécularisation au prisme du système symbolique du sacré. Mais l’étape théorique actuellement franchie a paru suffisamment riche de questionnements pour que notre revue, soucieuse de développer le débat épistémologique, fasse appel à une lecture à plusieurs voix de l’ouvrage.

4La rédaction

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« À propos de : Camille Tarot, Le symbolique et le sacré. Théories de la religion, Paris, La Découverte, 2008, 860 p. », Archives de sciences sociales des religions, 148 | 2009, 23.

Référence électronique

« À propos de : Camille Tarot, Le symbolique et le sacré. Théories de la religion, Paris, La Découverte, 2008, 860 p. », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 148 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://assr.revues.org/21470 ; DOI : 10.4000/assr.21470

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org