Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
148-21

Anthony J. Blasi, Joseph F. Zimmerman, Transition from Vowed to Lay Ministry in American Catholicism

Lewiston - Queenston - Lampeter, The Edwin Mellen Press, coll. « Roman Catholic Studies », 2004, 236 p.
Paul-André Turcotte
p. 75-342
Référence(s) :

Anthony J. Blasi, Joseph F. Zimmerman, Transition from Vowed to Lay Ministry in American Catholicism, Lewiston - Queenston - Lampeter, The Edwin Mellen Press, coll. « Roman Catholic Studies », 2004, 236 p.

Texte intégral

1Maintes enquêtes sociologiques sur les ordres religieux se limitent à une investigation quantitative dont le rapport comprend essentiellement des tableaux et des textes récapitulatifs, accompagnés de courtes descriptions dans des termes qualitatifs. L’édition de ces enquêtes, si c’est une commande, prend la forme d’une publication intermédiaire à l’attention des concernés. Les auteurs sont, le plus souvent, des congréganistes, détenteurs d’un diplôme de sciences sociales, ou canonique, rarement d’un doctorat de sociologie. Le domaine de la recherche s’avère intellectuellement réservé et restreint à l’information sur un problème ponctuel en quête de résolution.

2En la matière, la production proprement sociologique et aux perspectives ouvertes sur la discussion se trouve grandement en Inde, en Amérique du Sud, spécialement au Brésil, et aux États-Unis d’Amérique. Sur le continent européen, le périodique romain Claretianum rend compte de recherches universitaires sur la vie religieuse, en lien avec un centre de recherche sous la direction de la Société Saint-Paul et un institut d’études et de formation dirigé par les clarétains. Les études publiées dans le périodique annuel le sont en italien, anglais ou allemand, espagnol ou français, selon l’origine des auteurs.

3C’est en regard d’une production diversifiée et grandement méconnue dans le monde sociologique qu’il importe de situer l’originalité de l’ouvrage des deux sociologues universitaires, Anthony J. Blasi, docteur de Notre Dame University, et Joseph F. Zimmerman, docteur de Harvard. Le premier connaît les Frères de Sainte-Croix, de l’intérieur et de l’extérieur, et le second est franciscain de la Province religieuse du Sacré-Cœur. Ces deux ordres religieux constituent le terrain masculin de l’enquête, aux côtés du vis-à-vis féminin des sœurs dominicaines de Racine dans le Wisconsin. L’examen, à la fois historique, quantitatif et analytique, porte sur les entrées et les sorties dans ces détachements américains, des années quarante au tournant du millénaire. Les déplacements du membership sont mis en rapport avec les lieux et modes d’insertion dans la sphère catholique ou civile.

4La bibliographie sélective (pp. 215-232) a de quoi impressionner non tant par la multiplicité des titres que par la variété des sujets abordés. Il en va de même dans l’exposition de l’enquête bicéphale. Cette dernière informe, par périodes chronologiques et selon chacune des communautés retenues, sur le nombre des entrées et départs, le degré d’instruction scolaire et l’appartenance confessionnelle des parents des recrues, les lieux de scolarisation de ces recrues, l’âge de leur entrée au noviciat et leur formation comme religieux ou religieuses, les insertions ecclésiales ou sociales de ceux qui en viennent à quitter, comparativement à ceux qui restent dans les rangs de l’ordre religieux, outre la catégorie d’imposition fiscale des uns et des autres et la propriété d’une résidence chez les hors-cadre congrégationnels. Les données, selon les terrains et les catégories thématiques, sont réunies en fin de chapitre, explicitées par des extraits d’entretien et des points de comparaison avec des recherches publiées sur des questions similaires ou connexes. De brèves réflexions à caractère général servent de résumé prospectif à une information, située génétiquement point par point.

5Un premier chapitre présente les apports de l’enquête, de même que sa méthode, après avoir dressé un bilan de la vie religieuse catholique depuis le Concile de Trente jusqu’à l’après-Vatican II. L’aperçu sociohistorique donne le coup d’envoi à une synthèse, rapportée autour des thèmes suivants : la formation initiale des religieux d’hier et d’aujourd’hui (chap. 2) ; l’âge de l’entrée en religion et les lieux de familiarisation avec la vie religieuse (chap. 3) ; le séminaire ou scolasticat et les expériences de la formation religieuse (chap. 4) ; la communauté, le ministère comme religieux et l’abandon de l’état religieux ou sacerdotal (chap. 5) ; et, après le départ, les insertions socioreligieuses en liaison avec l’affiliation institutionnelle et la spiritualité individuelle (chap. 6). Un dernier chapitre ébauche des éléments de prospection, à partir des résultats de l’enquête, sur la formation aux ministères dans l’Église catholique et les conditions de leur exercice. De bout en bout la rigueur est de mise chez des auteurs qui, en fins connaisseurs des classiques de la sociologie et de la production récente, dans cette perspective, savent pratiquer tout à la fois la théorisation et l’analyse quantitative. Leurs travaux publiés témoignent d’un art de la compréhension sociologique qui déploie, en interrelation, les divers aspects et niveaux d’une question, et en dégage la dynamique de fond, sa genèse tout autant que sa portée tentaculaire.

6De ce point de vue, l’étude circonstanciée sur les ordres religieux américains prend place à juste titre dans une collection réputée sur le catholicisme. N’en révèle-t-elle pas des courants fondateurs de changements ecclésiaux à caractère global en même temps que d’incidences décisives, entre autres sur les acteurs congréganistes ? Les ordres religieux ont des frontières organisationnelles, des fonctionnements et des références symboliques qui, leur-soient-ils propres, n’en sont pas moins marquées par les relations avec les autres institutions ou associations, religieuses ou civiles, de leur environnement social. La connaissance des interactions des composantes, et de l’intérieur et de l’extérieur, en fonction du contexte américain du dernier demi-siècle, a bénéficié de la coopération des enquêtés, notamment de l’accès ouvert aux archives et des apports des consultations individuelles ou des rencontres de groupe. Par voie de conséquence, la précision de l’information va de pair avec son décloisonnement par la comparaison ; le côté foisonnant, avec les lignes maîtresses d’un mouvement socioreligieux dans l’espace catholique, américain ou occidental. La pertinence du propos est valorisée aussi bien par l’application d’une méthode à plusieurs volets et la clarté de l’exposition.

7Il ressort d’une analyse fournie et tentaculaire que les cheminements congréganistes américains connaissent des variations tant chez les permanents que chez les anciens membres, alors que la continuité de vie de ces derniers tient à des éléments constitutifs également de la vie des premiers, à savoir la liturgie eucharistique, la prière personnelle et la lecture sur la religion et la spiritualité (p. 189). De part et d’autre, la dimension cognitive de la religion, en tant qu’expérience de vie et dans sa forme organisée, occupe une place de premier plan, pour avoir été cultivée à un haut degré dès l’entrée en religion, en symbiose avec les éléments non religieux de la formation, ce qui se répercute sur les rapports interpersonnels et les reformulations de l’insertion ministérielle, que ce soit dans un cadre ecclésial et congréganiste ou hors de ce cadre. Cette conclusion est tout à la fois l’une des lignes directrices de l’interprétation d’une enquête, qui fait sien un trait constitutif de la socialisation catholique depuis le Concile de Trente, la cohérence de vie sous l’égide de la connaissance. D’où le titre du volume, dont l’apport est à plusieurs voies (et voix).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-André Turcotte, « Anthony J. Blasi, Joseph F. Zimmerman, Transition from Vowed to Lay Ministry in American Catholicism », Archives de sciences sociales des religions, 148 | 2009, 75-342.

Référence électronique

Paul-André Turcotte, « Anthony J. Blasi, Joseph F. Zimmerman, Transition from Vowed to Lay Ministry in American Catholicism », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 148 | octobre-décembre 2009, document 148-21, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/21101

Haut de page

Auteur

Paul-André Turcotte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org