Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
114.79

GOLVERS (Noël), éd., The Christian Mission in China in the Verbiest Era : Some Aspects of the Missionary Approach

Leuven (Belgique), Leuven University Press-Ferdinand Verbiest Foundation, 1999, 114 p. (préface par le P. Jeroom Heyndrickx) (coll. « Louvain Chinese Studies » VI)
Françoise Aubin
p. 140-141
Référence(s) :

GOLVERS (Noël), éd., The Christian Mission in China in the Verbiest Era : Some Aspects of the Missionary Approach, Leuven (Belgique), Leuven University Press-Ferdinand Verbiest Foundation, 1999, 114 p. (préface par le P. Jeroom Heyndrickx) (coll. « Louvain Chinese Studies » VI)

Texte intégral

1Six contributions, résultant d’un colloque tenu à Leuven/Louvain en 1995, et éditées avec un luxe rare de caractères chinois dans le texte, tournent autour d’aspects mal connus de l’œuvre de Ferdinand Verbiest (1623-1688), figure de proue de l’apostolat flamand dans la Chine de la seconde moitié du XVIIe siècle, et, pour l’une d’entre elles, d’un exact contemporain de Verbiest, Flamand lui aussi, Rougemont. Nous ne nous attarderons pas sur cette dernière étude car l’éditeur du volume, N.G., y résume (pp. 97-111) en quelques traits frappants le riche matériau de la partie de son livre sur Rougemont (cf. Arch. supra, 114.78) concernant la vie spirituelle et les techniques missionnaires de ce dernier. Le P. John W. Witek, s.j. (pp. 55-71), cerne les vues présentées par Verbiest dans un ouvrage chinois, le Kao-chieh yüan-i (Gaojie yuanyi en pinyin), sur la confession et le sacrement de pénitence : le missionnaire s’y montre sans aucun doute marqué par la controverse janséniste sur la grâce et le libre arbitre, qui avait éclaté à l’université de Louvain lorsqu’il s’y trouvait en 1640, mais aussi par la conception bouddhique de l’examen de conscience, dont il tient à se démarquer, mais sans acrimonie. Deux contributions touchent au gigantesque projet d’une traduction chinoise des commentaires aristotéliciens de Coimbra : deux sinologues spécialistes des missions au XVIIe siècle, Ad Dudink et le P. Nicolas Standaert, s.j., présentent d’abord le témoignage chinois qui en reste, un exemplaire manuscrit très incomplet d’un Ch’iung-li hsüeh/Qiongli xue (litt. « la science pour sonder les principes »), conservé à la bibliothèque universitaire de Pékin ; N.G. explore ensuite le versant européen de l’entreprise. Deux collaborateurs chinois apportent, eux, des touches étonnamment positives concernant les traces laissées par Verbiest dans les milieux chinois qu’il a fréquentés ou qu’il a visés par ses écrits : Xu Haisong, de Hangzhou détecte son influence visible chez différents lettrés ; et Han Qi, de Pékin montre qu’au Directorat de l’Astronomie (Ch’in-t’ien-chien/Qintianjian), l’organisme qui jouissait du privilège régalien de compiler le calendrier, et où les jésuites étaient actifs à partir de la première moitié du XVIIe siècle, un certain nombre d’astronomes s’étaient convertis au christianisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Aubin, « GOLVERS (Noël), éd., The Christian Mission in China in the Verbiest Era : Some Aspects of the Missionary Approach », Archives de sciences sociales des religions, 114 | 2001, 140-141.

Référence électronique

Françoise Aubin, « GOLVERS (Noël), éd., The Christian Mission in China in the Verbiest Era : Some Aspects of the Missionary Approach », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 114 | avril-juin 2001, document 114.79, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/20895

Haut de page

Auteur

Françoise Aubin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org