Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus d'ouvrages
114.35

PAUL (André), Et l’homme créa la Bible, d’Hérodote à Flavius Josèphe

Paris, Bayard Editions, 2000, 459 p. (bibliogr., cartes, index)
Bernard Chédozeau
p. 105-106
Référence(s) :

PAUL (André), Et l’homme créa la Bible, d’Hérodote à Flavius Josèphe, Paris, Bayard Editions, 2000, 459 p. (bibliogr., cartes, index)

Texte intégral

1Cet ouvrage original s’appuie pour une bonne part sur les études déjà menées par l’auteur. L’idée maîtresse en est de traiter la Bible comme les autres livres, en la replaçant dans les milieux politiques, sociaux et culturels dans lesquels elle est apparue, s’est construite et s’est établie : « La Bible est l’un des grands témoins de la production littéraire de l’Antiquité » . Ce livre apporte ainsi un éclairage inattendu et intéressant sur la genèse de la Bible.

2L’analyse (rédigée de façon extrêmement méthodique et dans une clarté toute pédagogique) se présente comme une récapitulation historique au fil de laquelle se construit la Bible. L’A. dégage cinq étapes :

3– Le postulat initial, c’est « la société d’abord ». Au cours de la première étape s’analyse « la genèse de l’homme qui écrit la Bible » : une société, un peuple, une nation se constituent « un passé national » et par conséquent une identité, dans le surgissement et l’affirmation du peuple d’Israël, et à la lumière des peuples contemporains.

4– Les conditions d’écriture de l’histoire ne sont réunies qu’à la fin du VIe siècle avant J.-C. La prose et l’histoire rendent possible « l’écriture du passé d’Israël ». Une écriture surgit alors, contemporaine des nouvelles histoires grecque, mésopotamienne, égyptienne. Israël trouve dans le monde culturel grec « les modèles littéraires de [son] écriture de l’histoire », s’en approprie l’historiographie, aux fins d’une histoire nationale qui deviendra par la suite universelle, puis visionnaire.

5– Après l’histoire et la Loi apparaissent les autres livres, notamment les Prophètes (« on inventa l’écriture prophétique de l’histoire, à la fois bilan systématisé voire chiffré du passé et vision argumentée du futur »). C’est l’époque du « pluriel des écritures », avec la question de l’interprétation, de la distinction de la lettre et de l’allégorie – là encore en écho de la philosophie grecque. L’Écriture apparaît alors comme « un immense oracle » : « c’est Dieu que l’on désignait ».

6– Aux perspectives historiques s’ajoutent les perspectives prophétiques ouvrant sur les destinées de l’homme, à la fois sociales, culturelles et morales, et vers un Dieu transcendant (avec les risques de déviations sectaires mais aussi l’élargissement mystique) ; on est alors en marche vers le christianisme.

7– Enfin d’un texte pluriel (« à la prolifération des livres s’ajoutait celle du texte », car il n’y a pas de « texte original », comme le montrent les manuscrits de la mer Morte) et, si l’on ose dire, interactif (« une médiation féconde entre l’écriture et le lecteur »), on passe vers le Ier siècle à des filières diverses d’où émergent « un texte hébraïque leader », la filière « mas-sorétique », mais aussi le corpus des Livres saints en langue grecque. L’A. s’intéresse particulièrement à « la Bible de Josèphe » qui « pratique le pluriel textuel auquel son séjour chez les esséniens l’avait initié » . On parvient à la fin du Ier siècle au recueil des vingt-quatre livres saints.

8On laissera le lecteur prendre connaissance des diverses conclusions que tire l’A., fort importantes par les révisions méthodologiques qu’elles suggèrent, et qui annoncent l’ouvrage à venir Et il y eut la Bible et la Torah. De Jésus à la Kabbale.

9Ainsi, après avoir été jusqu’au XVIIe siècle, avec Moïse « premier historien », la maîtresse d’histoire des peuples ; après avoir été évincée de cette position par la critique ; voilà que la Bible revendique sa place parmi les livres d’histoire, et selon leurs critères propres. La prouesse est de tenir à la fois qu’elle n’est pas « unique en son genre et en son temps », qu’elle est « solidaire et différente d’un monde illimité de culture », qu’elle mérite d’être « reconnue comme constitutive à part entière de l’Antiquité classique » ; et en même temps qu’elle conserve ce qui fait toute sa spécificité religieuse (c’est en particulier le « problème de l’exclusivité de la Loi de Moïse ») : A.P. est fondé à revendiquer l’originalité de son propos, « iconoclaste » peut-être, comme il peut le dire.

10L’A. a réuni la bibliographie et les notes savantes en d’abondantes annexes, rendant son étude d’une lecture agréable.

11Cet ouvrage, écrit « avec détermination » (comme doit l’être le livre à venir), soulève bien des questions. Il propose une construction finalisée de la Bible, un peu trop belle peut-être pour être vraie, ne serait-ce que par son aspect de reconstitution archéologique souvent hardie ; mais la synthèse est vivifiante et alerte, excitante pour l’esprit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Chédozeau, « PAUL (André), Et l’homme créa la Bible, d’Hérodote à Flavius Josèphe », Archives de sciences sociales des religions, 114 | 2001, 105-106.

Référence électronique

Bernard Chédozeau, « PAUL (André), Et l’homme créa la Bible, d’Hérodote à Flavius Josèphe », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 114 | avril-juin 2001, document 114.35, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/20811

Haut de page

Auteur

Bernard Chédozeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org