Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
110-61

FABRE (Gérard), Épidémies et contagions. L’imaginaire du mal en Occident

Paris, PUF, 1998, 239 p.
Anne-Cécile Bégot
p. 116
Référence(s) :

FABRE (Gérard), Épidémies et contagions. L’imaginaire du mal en Occident, Paris, PUF, 1998, 239 p.

Texte intégral

1L’objectif de l’auteur est de dégager la dimension sociale du malheur biologique et plus précisément des épidémies ayant frappé le monde occidental. Le concept « d’imaginaire social » servira de matrice théorique pour appréhender la contagion comme phénomène social. De l’analyse des discours et pratiques relatifs aux épidémies, trois aspects peuvent être retenus.

2Dans un premier temps, il est question de la décomposition et/ou de la recomposition du lien social en temps d’épidémie. Face au malheur biologique, souvent perçu comme une fatalité, certaines familles, notamment les plus démunies, sont amenées à abandonner leurs enfants. Cette situation, présente jusque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, sera ensuite relayée par une valorisation de la famille. En effet, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, apparaît, à propos de l’épidémie de syphilis, une morale valorisant le mariage et reposant sur les valeurs de fidélité et de chasteté. Au XXe siècle, les campagnes de lutte contre le sida révèlent un déplacement de valeurs : la solidarité et la prévention par le préservatif se sont substituées à la famille et à la fidélité.

3Dans une perspective historique, l’A. envisage les rapports entre savoirs populaires et savoirs savants, et notamment leur perméabilité. L’établissement de lazarets, permettant la mise en place de la quarantaine, est institué en 1377 pour lutter contre la peste. Cette « institution » ne repose pas sur une théorie scientifique (le vecteur de l’épidémie de la peste ne sera découvert qu’à la fin du XIXe), mais sur une réponse empirique fondée sur l’expérience vécue par les populations. L’émergence d’une médecine scientifique, à la fin du XIXe siècle, n’empêche pas le discours médical d’être imprégné de considérations morales. Ainsi, face à la syphilis, certains médecins sont gagnés par « une morale sexuelle aveuglante ».

4Enfin, il faut indiquer les deux types de réactions produites par l’apparition des épidémies : la peur et le déni. La peur provoquée par l’épidémie cristallise les rapports sociaux (cf. populations démunies face aux populations possédantes). Elle provoque également la stigmatisation sociale de certaines populations (vagabonds, fossoyeurs, juifs). Quant au déni, il apparaît, selon l’A., à travers ces ex-voto produits au moment de la peste qui sévit à Marseille en 1720. Aucune représentation de la mort n’y est donnée ; sorte d’exutoire, ils permettent de faire face à l’absence de dieu. Le déni caractérise également les campagnes de lutte et de prévention contre le sida dans la mesure où elles restent généralistes et évitent de parler de maladie « contagieuse ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Cécile Bégot, « FABRE (Gérard), Épidémies et contagions. L’imaginaire du mal en Occident », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 116.

Référence électronique

Anne-Cécile Bégot, « FABRE (Gérard), Épidémies et contagions. L’imaginaire du mal en Occident », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-61, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/20639

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Bégot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org