Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-48

SUGGATTE (Alan), Japanese Christians and Society

Berne, Peter Lang AG European Academie Publishers, 1996, 285 p. (bibliogr., index) (Coll. « Studies in the Intercultural History of Christianity », 98)
Fabienne Duteil-Ogata
p. 109
Référence(s) :

SUGGATTE (Alan), Japanese Christians and Society, Berne, Peter Lang AG European Academie Publishers, 1996, 285 p. (bibliogr., index) (Coll. « Studies in the Intercultural History of Christianity », 98)

Texte intégral

1Cet ouvrage historique fait le point sur la place du christianisme dans la société moderne japonaise. L’auteur donne dès les premières pages, le ton du livre : il s’agit de rendre compte du combat que livrent l’élite japonaise (appartenant aux grandes entreprises, aux institutions financières, au puissant parti conservateur P.L.D.), les politiciens ainsi que les bureaucrates contre leurs détracteurs dont font partie de nombreux chrétiens.

2La première moitié du livre situe pour les non spécialistes le contexte pour une meilleure compréhension de la situation politique, économique, sociale et religieuse de la société japonaise de la fin du XIXe siècle (fin de l’interdiction du christianisme 1873) jusqu’à nos jours. D’un côté, la société japonaise, issue du nationalisme hérité du shinto d’État (sur lequel s’appuie notamment le culte impérial) qui, après la Seconde Guerre mondiale, s’est renouvelée en intégrant de manière plus édulcorée certains éléments de cette idéologie. De l’autre, les institutions chrétiennes (certains chrétiens) qui au fil de l’histoire, adaptent leur théologie. Une « théologie triomphante » dans les trente dernières années du XIXe siècle répondant à l’engouement de l’État japonais pour les connaissances occidentales, puis une « théologie de la Croix », théologie de la souffrance, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, née de la persécution religieuse. Enfin une renaissance après-guerre, après avoir reconnu pour la majorité des Églises leur soumission au système étatique. Au cours de cette rétrospective historique, l’A. montre qu’à travers ces deux modèles de société ce sont deux religions qui s’opposent : la religion japonaise ethnique, polythéiste et animiste et la religion chrétienne, universelle, monothéiste et transcendante.

3La deuxième partie illustre ces écarts et les différends qui opposent ces deux systèmes de représentations dans la vie sociale japonaise d’après-guerre. Quatre thèmes sont abordés : le travail, l’environnement, les minorités ethniques et la paix. L’A. rappelle à chaque fois les conditions historiques passées et présentes des sujets traités : le travail des journaliers, des femmes japonaises et asiatiques, celui des immigrés asiatiques ; la pollution liée à l’industrialisation (maladies et pollutions de l’environnement) ; les minorités ethniques (les Ainus, les Burakumin ; les Coréens et les habitants d’Okinawa) et la militarisation du Japon, pourtant interdite selon la Constitution. A.S. présente le combat que se livrent certaines Églises et mouvements, ou de simples chrétiens pour faire respecter les Droits de l’Homme, abolir les discriminations et faire appliquer certaines lois. Leur démarche s’articule différemment selon les sujets traités : constitution de mouvements de soutien, de pétitions, allant jusqu’aux procès, création de centres éducatifs et d’aide sociale aux plus démunis ou aux discriminés, sont les principales actions effectuées par certains chrétiens du Japon.

4Ces prises de position révèlent le caractère profondément universel et transcendant de cette religion qui s’oppose à une vision ethnique japonaise de la société.

5Cet ouvrage aura principalement traité de la place du christianisme au Japon au niveau institutionnel, délaissant peut-être ce qu’est la vie des chrétiens du Japon au quotidien. Comme ces derniers sont disséminés dans plus de 100 institutions religieuses, il est difficile de rendre compte du christianisme dans son ensemble. Cependant, des études de cas auraient peut-être laissé entrevoir des disparités entre les différentes Églises chrétiennes et permis de rendre compte de la réalité sur le terrain pour les chrétiens eux-mêmes plutôt qu’à travers leurs dirigeants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Duteil-Ogata, « SUGGATTE (Alan), Japanese Christians and Society », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 109.

Référence électronique

Fabienne Duteil-Ogata, « SUGGATTE (Alan), Japanese Christians and Society », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-48, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 22 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/20606

Haut de page

Auteur

Fabienne Duteil-Ogata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org