Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-44

SAINT-BLANCAT (Chantal), ed., L’islam in Italia. Una presenza plurale

Rome, Edizioni Lavoro, 1999, 211 p. (préface d’Enzo Pace) (bibliogr., glossaire, tablx.) (coll. « Derive »)
Giovanni Semi
p. 103-104
Référence(s) :

SAINT-BLANCAT (Chantal), ed., L’islam in Italia. Una presenza plurale,Rome, Edizioni Lavoro, 1999, 211 p. (préface d’Enzo Pace) (bibliogr., glossaire, tablx.) (coll. « Derive »)

Texte intégral

1Il s’agit d’un travail à la fois théorique et empirique, issu d’une recherche de terrain menée pendant les années 1996-1997 par un groupe de sociologues de l’Université de Pa-doue. Cette recherche a pour objet « l’identité religieuse des immigrés musulmans en Vénétie et (...) la fonction du facteur religieux dans le processus d’intégration sociale ».

2La première partie traite, de façon plutôt générale, de l’islam et de la réalité italienne. Dans le premier chapitre, C.S.-B. – éditeur du volume et auteur entre autres de L’Islam della Diaspora, 1995 (cf. Arch. n° 96.144) (édition française chez Bayard, L’islam de la diaspora, 1997 (cf. Arch. n° 100.138)) – définit l’objet « islam » et envisage des modalités pour saisir ce fait social total. Importance des rites, de la sincérité dans l’intention (la niya), du contrat social, flexibilité entre théorie et praxis, chemins de la connaissance de Dieu sont, selon C.S.-B. les cinq « dimensions constitutives » de l’islam, autour desquels la recherche devrait s’interroger.

3Fabio Perrocco offre un regard général sur l’immigration musulmane en Italie. Selon lui, le « champ d’immigration musulman » est caractérisé par la variété des présences ethno-nationales, par des pratiques et des projets migratoires différents et aussi par l’absence « d’un substantiel héritage colonial ». Or, si ces deux premières affirmations semblent correctement déduites, la troisième aurait été mieux expliquée en distinguant la question albanaise qui demeure une amnésie nationale italienne, quand bien même l’Albanie a une population majoritairement musulmane et entretient de longue date des liens étroits avec l’Italie.

4Le chapitre suivant, écrit par Renzo Guolo, est consacré au problème de l’organisation de l’islam politique et communautaire.

5La deuxième partie examine les résultats de la recherche de terrain basée sur des entretiens et approfondit la Vénétie « islamique ». Guolo,

6Perrocco et Saint-Blancat en tracent un portrait riche et bien équilibré. Les Marocains et les Sénégalais sont les deux groupes les plus nombreux de cette région et leur installation est liée à l’importance que la Vénétie a dans l’économie nationale, surtout en ce qui concerne la petite et moyenne industrie, « l’industrie diffusée ». Comme le dit très justement Perrocco, « l’immigration en Vénétie, surtout celle musulmane, est principalement une « immigration d’ouvriers ». L’islam est vécu de façon plurielle : ressource pour certains, découverte pour d’autres, il s’agit d’une composante toujours essentielle. Contrairement à une certaine vision occidentale de la femme musulmane, C.S.-B. montre qu’elles n’ont pas un rôle secondaire et leur donne un véritable espace d’expression. Elles sont amenées à revoir la définition des limites entre licite et illicite, sans être de simples re-productrices du social. Ces femmes visent en réalité « à la reconnaissance d’une parité des rôles et des responsabilités à l’intérieur du couple ».

7Le dernier chapitre rédigé par Guolo traite, entre autres, des Mourides sénégalais et des rapports de cet islam mystique et dévotionnel avec l’islam officiel, représenté par l’UCOII (Unione delle comunità e organizzazioni isla-miche in Italia) principal organisme de représentation, mais non le seul, des instances islamiques italiennes. Ce livre a le mérite de fournir une description qui réussit à rendre compte de la complexité de l’objet « islam », le faisant sortir d’une vision trop souvent abstraite, pour le concrétiser par des exemples de vies de nos concitoyens immigrés. C’est certainement grâce à C.S.-B. et à son attention et son goût pour un travail de terrain méticuleux et approfondi que la recherche sort des stéréotypes sur l’islam et laisse s’exprimer les acteurs sur la complexité de leur vécu islamique. Giovanni Semi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Semi, « SAINT-BLANCAT (Chantal), ed., L’islam in Italia. Una presenza plurale », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 103-104.

Référence électronique

Giovanni Semi, « SAINT-BLANCAT (Chantal), ed., L’islam in Italia. Una presenza plurale », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-44, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://assr.revues.org/20598

Haut de page

Auteur

Giovanni Semi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org