Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-39

PETERSON (Anna L.), Martyrdom and the Politics of Religion. Progressive Catholicism in El Salvador’s Civil war

New York, State University of New York Press, 1997, 211 p.
Michael Löwy
p. 97-98
Référence(s) :

PETERSON (Anna L.), Martyrdom and the Politics of Religion. Progressive Catholicism in El Salvador’s Civil war, New York, State University of New York Press, 1997, 211 p.

Texte intégral

1Beaucoup de chrétiens ont payé de leur vie leur engagement social en Amérique latine, notamment au cours des années 1970 et 1980, l’époque des régimes militaires. Mais dans aucun des pays du continent il n’y en a eu autant qu’au Salvador : ce furent des dizaines de milliers de laïcs associés à l’Église, ainsi que vingt-deux prêtres, religieux ou religieuses, et un archevêque, qui furent victimes des forces militaires ou para-militaires. Les cas les plus spectaculaires, avec de fortes répercussions internationales, furent : l’assassinat de Mgr Romero, archevêque de San Salvador, au moment même de la messe, en mars 1980 ; le viol et meurtre de quatre sœurs – Maryknoll et Ursulines – nord-américaines en décembre de la même année ; et l’assassinat d’Ignacio Ellacuria, jésuite, recteur de l’Université centre-américaine et théologien de la libération connu, ainsi que de cinq autres professeurs jésuites, en novembre 1989.

2Comment ont réagi les chrétiens salvadoriens à ces événements tragiques ? C’est ce que cet ouvrage remarquable se propose d’examiner, à partir d’une recherche – dangereuse ! – sur le terrain à la fin des années quatre-vingt, privilégiant la culture religieuse populaire, les idées et les pratiques des communautés de base, les chants, les rituels et les processions, plutôt que les documents théologiques. L’auteur montre l’émergence, au cœur de cette religiosité communautaire, d’un culte du martyr, non seulement en tant qu’hommage aux morts, mais comme code éthique et existentiel pour les vivants.

3Cette ré-interprétation actualisée de la tradition chrétienne – et hispanique – du martyr est le fait de cette partie de l’Église qu’on désigne tantôt comme « populaire », tantôt comme « progressiste » – les deux termes sont, à mon avis, assez inadéquats – c’est-à-dire, celle qui a été le plus loin dans « l’option préférentielle pour les pauvres ». Aspects religieux et politiques s’entrecroisent ici, dans un rapport d’« affinité élective » : l’A. cite, en passant, le terme wébérien, mais malheureusement n’en fait pas un outil d’interprétation essentiel dans sa recherche (dommage !).

4Dans le culte populaire des martyrs salvadoriens – et en particulier de l’archevêque de San Salvador, souvent désigné par les croyants comme « Saint Romero des Amériques » – s’articulent les références bibliques – le pouvoir rédempteur de la souffrance du Christ, l’inévitabilité de la persécution des vrais croyants par les puissants – et les motifs propres au catholicisme latino-américain post-conciliaire : la valeur éthique et religieuse de l’engagement pour la libération des pauvres, le combat social comme préparation pour le Royaume. Le fil conducteur est la croyance dans une continuité entre l’histoire sacrée et l’histoire contemporaine, dans une démarche de « ré-enchantement du monde » : les victimes actuelles sont perçues non seulement en parallèle avec les martyrs de l’Évangile, mais comme des chapitres dans une histoire sacrée continue. La christologie de cette religion populaire insiste sur l’humanité de Jésus – sans nier sa divinité– et sur l’impératif de l’Imitatio Christi : il s’agit de suivre l’exemple du crucifié, plutôt que de simplement l’adorer. L’histoire du christianisme primitif est interprétée comme la preuve que la persécution, loin de détruire un mouvement, peut à terme le renforcer. Le culte des martyrs conduit ainsi à légitimer l’engagement social et à la prise de risques de la part des croyants : « le prix de la libération est la croix ».

5En conclusion du livre, A.L.P. polémique, non sans raison, contre les tentatives d’interpréter les phénomènes religieux par la méthode dite du « choix rationnel », d’inspiration économique : le calcul des coûts et bénéfices d’une action. Les coûts élevés – par exemple les persécutions – et l’absence de profits ne conduisent pas nécessairement une option religieuse, de la même façon qu’une entreprise commerciale, à la ruine… À son avis, les événements socio-religieux au Salvador au cours des années 1970 et 1980 montrent l’inadéquation d’une telle approche : ils témoignent, à l’inverse, du pouvoir impressionnant des narrations religieuses et de leur influence sur le comportement politique des acteurs sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « PETERSON (Anna L.), Martyrdom and the Politics of Religion. Progressive Catholicism in El Salvador’s Civil war », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 97-98.

Référence électronique

Michael Löwy, « PETERSON (Anna L.), Martyrdom and the Politics of Religion. Progressive Catholicism in El Salvador’s Civil war », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-39, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/20589

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org