Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-37

OVERMYER (Daniel L.), Precious Volumes. An Introduction to Chinese Sectarian Scriptures from the Sixteenth and Seventeenth Centuries

Cambridge (Mass.), Londres, Harvard University Asia Center, 1999, XI + 444 p. (coll. « Harvard-Yenching Institute Monograph Series », 49)
Vincent Goossaert
p. 95-96
Référence(s) :

OVERMYER (Daniel L.), Precious Volumes. An Introduction to Chinese Sectarian Scriptures from the Six-teenth and Seventeenth Centuries, Cambridge (Mass.), Londres, Harvard University Asia Center, 1999, XI + 444 p. (coll. « Harvard-Yenching Institute Monograph Series », 49)

Texte intégral

1Les « précieux volumes » (baojuan) sont des ouvrages produits par des mouvements religieux généralement qualifiés de « sectaires » qui apparaissent sous la dynastie Ming (1368-1644) et se multiplient par la suite. Ils sont composés de récits et de harangues en prose et de poèmes qui en répètent le contenu. Bien que tous ne s’appellent pas nécessairement baojuan, et que sous le nom de baojuan on trouve aussi des contes édifiants très développés (un genre que l’auteur distingue radicalement des baojuan sectaires étudiés ici), on peut rassembler sous ce nom une littérature assez homogène. C’est en tout cas l’approche de l’A., qui rassemble et étudie ces textes depuis plus de vingt ans : ils doivent être considérés comme un ensemble organique, avec son évolution propre et ses règles. Le présent ouvrage vise à éclairer la naissance du genre et la formation de ses thèmes principaux jusqu’au XVIIe siècle ; il évoque en conclusion la continuité du genre jusqu’à nos jours. Son propos ne porte pas sur l’histoire des groupes qui ont créé ces écritures (cela est fait par ailleurs par des historiens travaillant essentiellement sur des documents d’archives issus de la répression) ; il vise à une histoire intellectuelle d’une tradition religieuse qui est pour lui la quatrième en Chine, après les trois religions (confucianisme, bouddhisme, taoïsme).

2La tradition des baojuan se caractérise selon lui par une religiosité populaire issue de milieux d’une culture peu formelle. S’il ne cache pas les limites qu’il discerne dans l’univers spéculatif de ces textes, il veut aussi que cette religiosité soit reconnue pour une tradition authentique du peuple chinois avec sa logique propre. Aussi, plutôt que de tenter de vastes synthèses, fait-il le pari de présenter les textes comme ils sont, en résumant le contenu et donnant en traduction de nombreux extraits. Il met en lumière les nombreuses contradictions des textes, et interprète souvent leurs emprunts au vocabulaire des traditions savantes comme le désir des auteurs de s’attirer la puissance évo-catrice de termes dont ils ne maîtrisent pas le sens et l’origine.

3La question de l’apparition du genre, si on la considère en dehors de son contexte de l’histoire sociale des religions (ce que l’on peut considérer comme un point faible du travail) reste énigmatique. Le premier chapitre fait le tour des antécédents possibles aux baojuan, mais aucun ne constitue un ancêtre crédible. Le chapitre 2 présente le plus ancien baojuan connu, qui date de 1430. Ce texte fut découvert par hasard en 1991 ; l’A. indique bien que le corpus existant (constitué par quelques chercheurs chinois, japonais et occidentaux dont lui-même) ne peut être considéré comme représentatif qu’à titre d’hypothèse de travail et que des découvertes de textes inconnus peuvent venir bouleverser l’état des connaissances. Il est dommage qu’il n’ait pas esquissé une histoire de leur destruction (qui continue en Chine Populaire) et une réflexion sur la façon dont le corpus existant a été transmis et préservé.

4Le baojuan de 1430 contient déjà les majeures caractéristiques du genre. Il se présente comme une révélation de Bouddha créateur du monde. Il trace un cadre mythologique où apparaît une ou des Saintes mères (divinités féminines primordiales propres aux baojuan) et appelle les élus, jadis unis au Bouddha créateur et à la Sainte mère, et égarés sur terre, à revenir à leur divine origine. En dehors du strict végétarisme, les pratiques imposées aux adeptes (aussi bien les rituels collectifs que les techniques de méditation) sont évoquées de manière très vague. On peut se demander quelle était l’articulation entre les baojuan, très invocatoires et faits pour être récités en public, et l’enseignement oral, plus précis et didactique, des chefs de congrégation.

5Les chapitres suivants, dans un ordre chronologique, présentent soit des textes particulièrement importants, soit des groupes, en tentant à chaque fois d’y discerner des évolutions sur chacun des thèmes qui intéressent particulièrement D.L.O. : le cadre mythologique et le rôle des divinités féminines, la définition de l’identité sectaire, les techniques de salut et le rapport à la société. Il apparaît qu’en dépit d’une homogénéité marquée, l’attitude des baojuan varie fortement sur certains points d’importance, notamment face à la religion populaire et à la perspective eschatologique. Les sectes qui ont produit les baojuan étaient réputées pour leur rejet absolu des cultes populaires et de tout ce que l’on appelle aujourd’hui en Chine « superstitions », ce qui avait l’effet de les isoler dans le tissu social : le texte des baojuan varie en réalité d’une critique nuancée à une critique d’ensemble. De même, si certains promettent pour un jour imminent la fin d’un cycle cosmique au cours duquel seuls les élus seront sauvés (d’où les nombreuses révoltes millénaristes qui ponctuent l’histoire de la Chine impériale), d’autres baojuan n’en parlent guère et évoquent plutôt la menace du purgatoire, étant ainsi plus proches d’une perspective bouddhique traditionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Goossaert, « OVERMYER (Daniel L.), Precious Volumes. An Introduction to Chinese Sectarian Scriptures from the Sixteenth and Seventeenth Centuries », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 95-96.

Référence électronique

Vincent Goossaert, « OVERMYER (Daniel L.), Precious Volumes. An Introduction to Chinese Sectarian Scriptures from the Sixteenth and Seventeenth Centuries », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-37, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/20586

Haut de page

Auteur

Vincent Goossaert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org