Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-29

JENSEN (Lionel M.), Manufacturing Confucianism. Chinese Traditions and Universal Civilization

Durham (Carol. du N.)-Londres, Duke University Press, 1997, XVI + 444 p. (bibliogr., glossaire avec caract. chinois, index)
Françoise Aubin
p. 84-85
Référence(s) :

JENSEN (Lionel M.), Manufacturing Confucianism. Chinese Traditions and Universal Civilization, Durham (Carol. du N.)-Londres, Duke University Press, 1997, XVI + 444 p. (bibliogr., glossaire avec caract. chinois, index)

Texte intégral

1La déconstruction va de pair avec le postmodernisme, et L.M.J. s’en réclame lorsqu’il entend démythifier l’idée que nous nous faisons de «Confucius» comme personnage historique et du «confucianisme» – de quoi heurter bien des idées ancrées et faire grincer des dents. Son entreprise se divise en deux périodes, qui doivent être évaluées chacune pour elle-même. La première (pp. 31-147) relève du domaine de l’apostolat jésuite dans la Chine du XVIIe siècle, qui ne cesse, de nos jours, d’être réévalué (cf. Arch. supra n° 15). Le nom de «Confucius», le Kung-tzu des Chinois, est une invention de Matteo Ricci et le personnage, symbole de la sagesse d’une Chine éternelle, patriarche de la religion civile de la Chine impériale, qui a inspiré diversement mais violemment l’Europe des Lumières, est le résultat d’une manipulation des premiers jésuites, en vue d’instaurer un dialogue transculturel avec l’Europe. Cela avait déjà été dit, peut-être avec moins d’énergie, une décennie plus tôt (Paul Rule, K’ung-tzu or Confucius ? The Jesuit Interpretation of Confucianism, Sydney, Allen & Unwin Australia,1986). L’auteur va cependant beaucoup plus loin, car pour lui Ricci et ses pairs se sont «convertis à l’ordre des lettrés» – la legge de’ letterati, ju – et ils ont fait du prosélytisme en sa faveur. Mais ici, le bât blesse doublement. D’abord sous-en-tendre que Ricci, et ses successeurs ont renoncé à leur identité de prêtres au profit de celle de confucéens est un sophisme. Puis donner pour équivalent au terme letterati le chinois ju (ru en pinyin), désignant le spécialiste de l’herméneutique confucéenne, comme si l’homologie venait de Ricci, est une méprise. Car le lettré dont parle le missionnaire n’est pas le ju, mais le shih, le diplômé, homme de culture engagé dans la défense des intérêts locaux et apte à exercer des charges administratives. 11 y a erreur aussi à croire que les jésuites ont limité leur vie aux cercles des lettrés-fonctionnaires, sans autre expérience de la Chine. Enfin classer les travaux de Wm Theodore de Bary, le maître incontesté du néo-confucianisme en Occident, parmi les opérations de fabrication d’un mythe complémentaire (pp. 15-17) n’engage que les goûts personnels de l’A. Il ne fait pas de doute qu’il est des admirateurs de Wm Theodore de Bary qui refuseront de se laisser abuser. Ceci dit, on ne peut qu’acquiescer à la déconstruction du confucianisme bâti par les jésuites et sur lequel l’Occident postmoderne a renchéri à coup de T-shirts, de vidéocassettes et même de portraits dans des loges maçonniques, paraît-il (p. 6).

2Le cadre de la seconde partie de la thèse de L.M.J. (pp. 151-264) est une Chine écrasée par la pression étrangère et qui se cherche, à la fin de l’ancien régime et sous la République. La nouvelle invention d’un confucianisme, à la fois identitaire et cosmopolite, a été une des réponses aux angoisses du temps. Les constructions de deux penseurs fameux, Chang Ping-lin (1868-1916) et Hu Shih (1891-1962), fournissent à l’A. matière à une brillante démonstration de la surenchère du XXe siècle chinois sur l’Europe des Lumières. Enfin, la Chine postmaoïste n’a pas échappé non plus à la fascination confucéenne, et elle a érigé Kung-tzu en une figure prééminente de la culture mondiale (pp. 11-14). L’impulsion créative fournie par le mythe confucéen fait, au XXe siècle comme aux XVIIe-XVIIIe, se rejoindre l’Est et l’Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Aubin, « JENSEN (Lionel M.), Manufacturing Confucianism. Chinese Traditions and Universal Civilization », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 84-85.

Référence électronique

Françoise Aubin, « JENSEN (Lionel M.), Manufacturing Confucianism. Chinese Traditions and Universal Civilization », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-29, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/20569

Haut de page

Auteur

Françoise Aubin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org