Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-18

FILORAMO (Giovanni), Millenarismo e New Age. Apocalisse e religiosità alternativa

Bari (Italie), Dedalo, 1999, 173 p. (coll. « Strumenti/Scenari », 6)
Jean Séguy
p. 74-75
Référence(s) :

FILORAMO (Giovanni), Millenarismo e New Age. Apocalisse e religiosità alternativa, Bari (Italie), Dedalo, 1999, 173 p. (coll. « Strumenti/Scenari », 6)

Texte intégral

1G.F., professeur d’histoire des religions à l’Université de Turin, n’est pas un inconnu pour nos lecteurs (cf. Arch. 64, n° 252 ; 78, n° 27 ; 88, n° 31). Spécialiste de la gnose antique et de ses ramifications chrétiennes, il a entrepris depuis quelques années un travail comparatif des plus intéressants sur des formes anciennes et contemporaines de ce phénomène.

2Dans le présent ouvrage, et au prétexte de l’an 2000, la comparaison porte principalement sur millénarismes – chrétiens entre autres – et religiosité contemporaine. En particulier, l’auteur s’interroge sur l’existence de formes pacifiques et agressives du millénarisme et sur le passage des unes aux autres. Il se penche aussi – et nous centrerons notre recension sur cet aspect de ce petit livre – sur le suicide collectif comme forme éventuelle de réduction de la tension provoquée par l’attente eschatologique. Les cas évoqués de ce type de passage entre royaume terrestre de la multiplicité, de la ténèbre et de la corruption et celui, pur et radieux des « Fils de l’Unique » sont ceux – déjà devenus classiques de Waco (Texas, 1993), du Temple solaire (Suisse, France et Québec, 1994-1995), du Temple du Peuple (Guyane exbritannique, 1978). Mais des cas de moindre notoriété se trouvent aussi évoqués, en passant.

3De façon retenue comme significative par G.F., dans tous les événements en question, on se trouve devant des groupes réunis autour de leaders charismatiques « de grand vol ». C’est à ces personnages qu’il revient de persuader leurs partisans du caractère insupportable – littéralement tel – des conditions que la société à leur entour leur fait ; qu’il s’agisse de persécutions systématiquement organisées ou de harcèlements moins méthodiques n’importe pas ici. Ces groupes qui se voient comme formés d’« élus », corps précurseur de l’avènement sur terre d’un monde parfait encore à venir, peuvent – sous l’influence conjuguée de la pression extérieure et des interprétations du chef charismatique – se faire à l’idée, et la trouver désirable, de devoir échapper au « monde présent », en le quittant volontairement. Le suicide collectif volontaire devient alors une façon envisageable de s’« en sortir » ; c’est une solution d’autant plus acceptable aux yeux des intéressés, que – dans leur perspective – la vie spirituelle, à eux réservée après la mort physique, est tenue pour infiniment meilleure que celle qu’on leur fait actuellement sur terre.

4L’A. sait bien que tous les millénaristes ne se suicident pas. Il sait aussi que tous les groupes de cette conviction ne sont pas également teintés de ce qu’il appelle leur « gnosticisme théosophique ». On note d’ailleurs que certains des cas étudiés par G.F. – celui si fascinant de David Lazzaretti en particulier (cf. pp. 133-154) – ne relèvent aucunement de la « nouvelle religiosité » actuelle et lui ressemblent peu.

5Ces remarques faites, on veut souligner ici cependant – et une fois encore – l’intérêt des recherches comparatives de notre collègue de Turin. Dans le présent ouvrage on a apprécié, en particulier, l’accent mis sur la capacité des religions de salut à produire de l’excès – et pas seulement dans le Beau, le Bon, le Bien – à la mesure de leur radicalité ultra-mondaine. En l’occurrence, et dans nos sociétés modernes, cet excès est jugé aberrant, déviant, socialement dangereux et relevant de la psychopathologie. Mais l’A. montre aussi – et de manière convaincante, pensons-nous – que ce « rapport positif » entre religion de salut et production d’excès ne trouve son lieu, en histoire, que dans des conjonctures sociales susceptibles de les rendre possibles. D’où l’intérêt qu’il y aurait à s’interroger de manière comparative sur les profils-types que peuvent revêtir les conjonctures sociales en question. Les chercheurs en millénarismes ont encore du pain sur la planche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Séguy, « FILORAMO (Giovanni), Millenarismo e New Age. Apocalisse e religiosità alternativa », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 74-75.

Référence électronique

Jean Séguy, « FILORAMO (Giovanni), Millenarismo e New Age. Apocalisse e religiosità alternativa », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-18, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/20546

Haut de page

Auteur

Jean Séguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org