Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-14

COLLOVALD (Annie), Jacques Chirac et le gaullisme. Biographie d’un héritier à histoires

Paris, Belin, 1999, 320 p.
Jean Séguy
p. 67-68
Référence(s) :

COLLOVALD (Annie), Jacques Chirac et le gaullisme. Biographie d’un héritier à histoires, Paris, Belin, 1999, 320 p.

Texte intégral

1« Comment Jacques Chirac est-il devenu l’héritier politique du gaullisme ? Ce livre est une biographie – continue la « quatre » de couverture – mais c’est une biographie politique... Une biographie qui prend l’histoire politique comme elle marche, avec ses luttes de représentation par lesquelles se modifie le crédit des hommes politiques, s’effacent des cheminements hier possibles ou probables, pour ne laisser apparaître que celui qui s’est réalisé. Au bout du compte un autre « Chirac » apparaît, moins cavalier et moins décidé à s’emparer de l’héritage gaullien qu’on ne l’imagine ; une autre histoire du gaullisme aussi, tout entière hantée par les croyances d’un de Gaulle idéalisé.

2A.C., maître de conférences en sciences politiques à Paris X-Nanterre, est une ancienne élève de Sciences-Po Paris, et le livre ici recensé se présente comme extrait – ou adapté -, de sa thèse de doctorat. On y trouve exprimée une volonté duelle fermement soulignée : démontrer que l’approche « en termes de personnalité » est impropre à rendre compte des « situations charismatiques » ; prouver, par ailleurs, que celui que le public – et les observateurs – en général qualifient de charismatique (en fin de course) a surtout été fait par lui-même : dans sa volonté à « se constituer » un « crédit politique » qui naît, de fait, des luttes pour le pouvoir et d’une certaine capacité à en tirer parti.

3La prétendue « vocation charismatique » des sujets politiques serait donc un leurre. C’est au moins ce que l’auteur nous a semblé vouloir insinuer. Pourtant, il est bien question dans ce livre de la « vocation charismatique de J. Chirac » (p. 278). Mais c’est en un sens particulier : sans cesse confronté au rappel de l’« héroïsme » de de Gaulle, J. Chirac se serait efforcé d’« acquérir un schème de perception auquel il n’était pas ‘naturellement’ destiné » (p. 277). En somme, le politicien en question aurait rationalisé ce schème à son usage pour en « faire un principe structurant de sa professionnalisation d’homme d’État » (p. 278).

4Avec l’actuel président de la République française, on se trouverait donc en face d’un de ces « hommes sans vocation au charisme et qui se trouvent contraints de s’y soumettre », habiles par ailleurs à « effectuer des usages politiques professionnalisés du charisme et qui le font durer et perdurer au-delà des situations de crise où il prend son origine » (ibid.).

5A.C. conclut son travail sur l’idée que J. Chirac serait « une figure originale de l’histoire politique : celle du professionnel charismatique de la politique » (p. 275). Mais n’est-ce pas là ce que Max Weber appelle – et cela n’a rien d’une « figure originale » – un « démagogue » (en particulier dans la deuxième des conférences formant Le Savant et le politique, ainsi que dans Économie et société, pp. 275-277) ? Pourquoi l’A. ne se réfère-t-elle pas à ce concept, quitte à le critiquer ou à l’adapter – éventuellement -, plutôt que de renvoyer toujours au « charisme » (ou au « porteur de charisme politique ») – notion qu’elle n’expose ni ne critique nulle part, tout en employant le terme -. Nous avouons n’avoir pas compris cette attitude.

6On regrette aussi que l’A. n’ait pas cru devoir nous expliquer si elle tient le « charisme contraint » de J. Chirac pour un fake charisma – ou « charisme bidon » -, selon l’expression de certains de nos collègues américains de la contemporanéité politique. On se demande d’ailleurs si la lecture que l’A. fait du cas étudié exige vraiment (cf. p. 278) de « réviser la compréhension wébérienne du charisme ». La réflexion de Max Weber nous paraît, en l’occurrence, plus souple et dotée de plus de ressources qu’A.C. ne semble l’imaginer. Enfin, la comparaison avec des cas de charismes religieusement référés (on pense à certains travaux de Bryan R. Wilson, ou de Roy Wallis, et d’autres...) aurait pu se révéler utile scientifiquement parlant. De toute façon, cette biographie de J. Chirac nous paraît tomber dans le piège de trop de biographies : elle enferme l’objet de la recherche dans ses activités ordinaires : en contradiction avec la citation de Lucien Febvre faite en exergue de la première partie du livre : « l’homme, c’est l’époque... ce héros collectif » ; l’époque donc, qui ne se résume pas dans le politique et la politique.

7Qu’on nous permette un post-scriptum : il n’est pas impossible qu’une partie des insatisfactions que nous exprimons au sujet du livre d’A.C. provienne d’un transfert mal réussi de la thèse à l’ouvrage publié. Mais c’est ce dernier que nous jugeons ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Séguy, « COLLOVALD (Annie), Jacques Chirac et le gaullisme. Biographie d’un héritier à histoires », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 67-68.

Référence électronique

Jean Séguy, « COLLOVALD (Annie), Jacques Chirac et le gaullisme. Biographie d’un héritier à histoires », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-14, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/20535

Haut de page

Auteur

Jean Séguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org