Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
112.100

SAUNIER (Éric), Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6000 francs-maçons de 1740 à 1830

Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 1998, 555 p. (bibliogr., tablx, graphiques, cartes, index)
Daniel-Odon Hurel
p. 167
Référence(s) :

SAUNIER (Éric), Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6000 francs-maçons de 1740 à 1830,Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 1998, 555 p. (bibliogr., tablx, graphiques, cartes, index)

Texte intégral

1Mieux connaître l’histoire d’un réseau maçonnique régional et étudier les relations entretenues par la franc-maçonnerie avec le mouvement révolutionnaire constituent les finalités de cet ouvrage. Elles justifient le choix chronologique et permettent l’étude précise de l’émergence et du développement de la sociabilité maçonnique en Normandie : précocité et place importante des réguliers dans ce développement, en particulier à la fin du XVIIIe siècle où l’on voit nombre de bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur (Fécamp, St.-Wandrille, St.-Étienne de Caen, Jumièges, Bernay...) participer à cette nouvelle sociabilité voire même être à l’origine de plusieurs loges. Les bénédictins ne sont pas les seuls. Ainsi, le génovéfain Alexandre-Guy Pingré, en tant que surveillant du Grand Orient, joue un rôle dans la réorganisation des orients normands entre 1774 et 1778. Cette place des réguliers (dont on retiendra aussi le rôle central des procureurs des monastères, chargés du temporel et en contact avec tout un réseau extérieur) renvoie à l’évolution même de la vie monastique et à certaines proximités en matière de rituels, de « communautés » et d’activités charitables.

2L’auteur dépasse la seule analyse de la constitution des loges. Grâce à un fichier de 6000 francs-maçons, E.S. poursuit une étude sociologique de la population maçonne en distinguant plusieurs périodes et deux axes : celui de la Seine (plus commerçant) et celui de l’Ouest normand (plus aristocratique). Cette analyse conduit aussi à la présentation des réseaux d’intégration à la maçonnerie (essentiellement la famille et les liens professionnels). S’il y a une certaine unité de la franc-maçonnerie, les rivalités entre loges d’un même Orient montrent aussi une diversité liée parfois à la dominante sociologique du recrutement. Comme son titre l’indique, l’ouvrage se penche longuement sur les attitudes des francs-maçons durant la période révolutionnaire : analyse des comportements politiques et participations aux nouvelles pratiques (engagement dans les instances électives, dans les comités de 1789 et, plus rarement, dans les sociétés populaires). La politisation de la franc-maçonnerie et le « geste philanthropique » constituent les lieux privilégiés de la transformation de la franc-maçonnerie du début du XIXe siècle : affirmation du libéralisme politique et participation aux nouvelles approches de l’assistance à travers l’engagement des francs-maçons dans les bureaux de charité. Les francs-maçons sont aussi présents dans les nouvelles sociétés culturelles spécialisées dont ils inspirent parfois les statuts. Cette participation à la vie publique concerne aussi, sur un plan plus individuel et professionnel, le mouvement des caisses d’épargne, les comités de vaccination ou encore une sensibilité sociale à l’égard du monde ouvrier. Ce travail important s’accompagne de 50 pages d’annexes (tableaux, graphiques...), d’une bibliographie et de très nombreuses cartes. On regrettera néanmoins que le CD ROM prosopographique ne soit pas fourni avec la thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « SAUNIER (Éric), Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6000 francs-maçons de 1740 à 1830 », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 167.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « SAUNIER (Éric), Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6000 francs-maçons de 1740 à 1830 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.100, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/20464

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org