Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
112.71

DURAND (Georges-Matthieu de), Marc Le Moine, Traités, I

Paris, Cerf, 1999, 418 p. (bibliogr., index) (coll. « Sources chrétiennes », n° 445)
Bernard Chédozeau
p. 148-149
Référence(s) :

DURAND (Georges-Matthieu de), Marc Le Moine, Traités, I, Paris, Cerf, 1999, 418 p. (bibliogr., index) (coll. « Sources chrétiennes », n° 445)

Texte intégral

1Le P. de Durand a beaucoup étudié Marc Le Moine, dont la figure reste mal connue. Sources chrétiennes publie le premier des deux volumes de ses Traités, avec les habituels textes d’accompagnement (que complètent d’autres travaux signalés dans la bibliographie). On trouve ainsi La Loi spirituelle, La justification par les œuvres, La pénitence, Le baptême et Dialogue de l’intellect avec sa propre âme.

2L’introduction présente les difficultés d’identification de l’auteur et les testimonia. Marc semble être soumis à des influences syriennes ou mésopotamiennes, peut-être dans le cadre d’un « monachisme urbain » (pp. 25, 29, 30). Il se situe vers la fin du IVe et le premier tiers du Ve siècle : son activité « se termine peu après 431 » en Asie Mineure (p. 35). L’A. justifie l’ordre retenu pour la présentation des traités, étudie les difficultés d’établissement d’un texte peu homogène dans les nombreux manuscrits et définit les principes de sa méthode (pp. 48-49).

3Chaque traité est précédé d’une « analyse » qui souligne les choix doctrinaux de Marc : ainsi de la justification (« Le royaume des cieux n’est pas le salaire des œuvres », mais « la porte de la justification par les œuvres reste entrebâillée », p. 131 et 70, note). La remarquable analyse du Peri metanoias montre que pour Marc la pénitence n’est ni le sacrement, ni l’expiation ascétique, ni la conversion ; proche de la « componction » (katanuxis, penthos), elle est constituée par les trois vertus de prière, de purification des pensées et de patience (et non d’exercices engageant le corps, à la différence de saint Jean Climaque). L’hésychia reste discrète ; en revanche, si la métanoia est « une requête à la pitié divine », « les parfaits demanderont miséricorde pour les autres » (p. 210, avec la question sous-jacente de la distinction du moine et du laïc, p. 212). Le P. de Durand analyse Le Baptême et le Dialogue entre l’intellect et sa propre âme. « Ce n’est pas l’exécution des commandements qui donne accès à la sanctification, mais bien la réception du baptême », qui « confère une liberté radicale d’exécuter les commandements » (p. 262). Le dominicain voit enfin dans le Dialogue une esquisse du Baptême. Une étude approfondie concerne les adversaires auxquels répond peut-être Marc, Jérôme le Grec, le Pseudo-Macaire, et les rapports qu’il peut entretenir avec Diadoque de Photicé et Jean d’Apamée.

4On ajoutera que les deux premiers traités se signalent par la forme retenue, qui est celle des kephalaia,chapitres ou sentences, genre littéraire fréquent dans cette littérature et appelé à un immense avenir : l’A. rappelle l’étude qu’en a donnée A. Guillaumont dans son introduction au Traité pratique d’Evagre (SC 170), et il ne manque pas d’établir un bref rapprochement avec les œuvres des moralistes français (pp. 59, 68).

5Il est ainsi possible de mieux situer Marc dans la littérature ascétique du Ve siècle. Cette excellente édition fait désirer la publication rapide du second volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Chédozeau, « DURAND (Georges-Matthieu de), Marc Le Moine, Traités, I », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 148-149.

Référence électronique

Bernard Chédozeau, « DURAND (Georges-Matthieu de), Marc Le Moine, Traités, I », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.71, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://assr.revues.org/20405

Haut de page

Auteur

Bernard Chédozeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org