Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
112.63

CAZZANIGA (Gian Mario), La religione dei moderni

Pise, Edizioni ETS, 1999, 346 p. (bibliogr., index)
Jean-Pierre Laurant
p. 143-144
Référence(s) :

CAZZANIGA (Gian Mario), La religione dei moderni, Pise, Edizioni ETS, 1999, 346 p. (bibliogr., index)

Texte intégral

1Ce travail de G.M.C., philosophe, familier de la critique marxiste, apporte un éclairage nouveau sur la question très controversée chez les historiens du rôle de la franc-maçonnerie dans le déroulement de la Révolution française et la naissance difficile de la démocratie. À la revendication des maçons d’avoir été à « l’avant-garde » de l’esprit nouveau issu des Lumières répondit l’accusation de complot contre la société traditionnelle à travers les deux images symboliques du trône et de l’autel ; les travaux des historiens, à la suite de Pierre Chevallier, tendirent jusqu’à ces dernières années à minimiser l’action de cette institution plus remarquable par ses facultés d’adaptation que d’invention. Il semble que la tendance se soit récemment inversée ; les travaux de Charles Porset sur les Convents des Philalèthes (1784-1785 et 1787), ces maçons parisiens occultistes et mystiques, ou de André Combes (cf. Arch., n° 108.32) insistent sur la coïncidence entre l’état d’esprit qui animait la maçonnerie et celui qui allait inspirer les sociétés révolutionnaires et postrévolutionnaires. Il ne s’agissait plus d’une stratégie mais d’une situation de fait.

2L’auteur analyse tout d’abord l’émergence de la politique comme « science populaire » en s’appuyant sur les grands noms de Burke ou Bentham et sur ses origines depuis la Renaissance. En aval une réflexion sur Saint-Simon et Comte illustre la continuité du point de vue. Ainsi est introduite l’étude de la pensée de Mirabeau, à la fois homme politique révolutionnaire, maçon et écrivain, à l’occasion de son voyage à Berlin et de la publication de sa Lettre sur Cagliostro et Lavater qui pose la question de la liberté religieuse et de la lutte politique. Avec Condorcet et l’action du Cercle social se lit le programme de réforme politique de la maçonnerie à l’épreuve de la société civile. L’A. poursuit sa démonstration avec les cultes révolutionnaires, la théophilanthropie apportant de l’eau à son moulin, puis les origines maçonniques des rituels des Carbonari chez qui « spiritualisme », politique et maçonnerie sont intimement mêlés.

3L’ensemble ne se présente pas comme une recherche historique mais comme un essai d’interprétation fondé sur une documentation solide et rigoureuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laurant, « CAZZANIGA (Gian Mario), La religione dei moderni », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 143-144.

Référence électronique

Jean-Pierre Laurant, « CAZZANIGA (Gian Mario), La religione dei moderni », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.63, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/20388

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Laurant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org