Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus d'ouvrages
112.19

GALAND (Lionel), éd., Lettres au Marabout. Messages touaregs au Père de Foucauld

Paris, Belin, 1999, 256 p. (bibliogr., glossaire, index, reproductions)
Constant Hamès
p. 88-89
Référence(s) :

GALAND (Lionel), éd., Lettres au Marabout. Messages touaregs au Père de Foucauld, Paris, Belin, 1999, 256 p. (bibliogr., glossaire, index, reproductions)

Texte intégral

1Dans son avant-propos, L.G. évoque la redécouverte en 1993, dans le fonds de Foucauld, d’une « enveloppe contenant une série de billets en caractères touaregs, reçus par Foucauld dans les années qui ont précédé la Grande Guerre ». La moitié de l’ouvrage est donc consacrée à la présentation, reproduction photographique (en couleur), transcription typographique, translittération, traduction et notes des 30 lettres envoyées au « marabout » (le terme est écrit tel quel en berbère) par des amis touaregs. « Si leurs lettres ne bouleversent pas l’histoire, elles évoquent, parfois avec pittoresque, la vie saharienne de l’époque », précise l’éditeur qui fit de ces lettres le contenu d’une année de son enseignement à l’E.P.H.E. et qui les édite, entre autre parce que « le passage du berbère à l’état de langue écrite est à l’ordre du jour ». Les annexes comprennent un glossaire, en fait pratiquement un index linguistique berbère, des index de noms propres en berbère, en français, et un index général, avec une bibliographie spécifique, y compris celle des écrits scientifiques de Foucauld lui-même. On trouvera également une présentation rapide du « parler des Ahaggar » (L. Galand) et de « l’écriture touarègue » (M. Aghali-Zakara).

2Si ce courrier intéresse les linguistes et les spécialistes du Hoggar et de Foucauld , sur le plan du vocabulaire religieux on retiendra que Foucauld est bien qualifié de « marabout », qui est un terme français, par ses correspondants, ou aussi de « esclave de cIsâ » (Jésus, en arabe). Si le terme « Seigneur » ou « mon Seigneur » apparaît simplement transcrit lui aussi du français, le restant du vocabulaire religieux (et au-delà) est arabe : prier, saluer, Allah, Jésus, chrétien... Or l’auteur de plusieurs de ces lettres n’est autre que l’amenokal (chef) des Touaregs du Hoggar qui, nous apprend D. Casajus dans une présentation de ce groupe (p. 18), était fortement influencé par Bay, un shaykh important de la tribu religieuse des Kunta de la région de l’Adrâr des Ifoghas (Mali actuel), animateurs incontestés de l’islamisation, au XIXe siècle, des Touaregs maliens et Baydân mauritaniens.

3La partie centrale de l’ouvrage : « La vie saharienne et les « vies » de Charles de Foucauld » (D. Casajus, pp. 45-100) est doublement instructive en ce qu’elle tente, d’une part, de camper les relations entre les différentes personnalités touarègues et Foucauld, « sujet généralement laissé dans l’ombre » et, d’autre part, d’évaluer sociologiquement les « mythologies » qui s’expriment dans les biographies occidentales consacrées au Père de Foucauld. Présenté tour à tour comme un martyr, une répétition du Christ, avec son Judas ad hoc, comme un saint ermite, ayant vécu dans la pauvreté et l’ascèse, comme une sorte d’avant-garde coloniale pacifique en terre touarègue à peine soumise mais aussi, pour certains, comme un agent de renseignement et conseiller tactique des militaires français, sans compter, ce qui s’objective le mieux, comme un scientifique dont la somme sur la langue touarègue est capitale, même si cet aspect linguistique n’est pas, selon d’autres, dénué d’ambiguïtés dans ses objectifs (missionnaires ou colonisateurs) conscients et inconscients, le personnage de Foucauld donne prise à toute une psychanalyse sociale et politique d’époque.

4Au milieu de ces représentations entrecroisées qui renseignent souvent moins sur de Foucauld que sur ses biographes, D. Casajus élague, en gardant surtout à l’esprit la situation relationnelle entre Foucauld et un milieu touareg à la fois islamisé et colonisé. En effet, selon lui, le « marabout », même s’il a tissé des relations affectives personnelles et s’il s’est attiré des sympathies par la pratique de la langue, est pourtant resté, pour les Touaregs de l’Ahaggar, à la fois un « infidèle » et un représentant d’une société militaire spoliatrice. S’il est difficile – et abusif – de vouloir résumer les analyses nuancées et toujours précisément documentées, avancées par D. Casajus, on peut dire qu’on y découvre des perspectives multiples. On y apprend, par exemple, que Foucauld s’est converti à la foi chrétienne, après avoir été séduit, bouleversé et tenté par l’islam (p. 89) : comment ne pas penser, à des dates toutes proches, au chemin identique que parcourt Psi-chari, un peu plus à l’ouest dans ce même Sahara ? On apprend aussi la présence et le rôle de Louis Massignon dans la vie de Foucauld (pp. 51-52) : l’attirance de l’un et de l’autre, sur des modes différents, pour une sorte de sacrifice, de martyre pour la foi est frappante. Et sur ce point, D. Casajus ouvre un débat, immanquable si l’on se demande effectivement ce que pouvait bien représenter Foucauld aux yeux des Touaregs. « En réalité, écrit D. Casajus (p. 81), la vie de pauvreté de celui que Moussa appelle cabd cIsâ, « serviteur de Jésus », n’était pas étrangère à l’univers religieux des Touaregs car elle correspondait assez bien à l’idéal de la tetoubt, la « pénitence », et l’amenokal pouvait d’autant mieux la « comprendre » qu’il avait été ramené à la foi par un homme vivant lui aussi dans la pénitence ». Énorme question qu’on aimerait bien voir étudiée dans les comparatismes islam/christianisme qui s’établissent ces dernières années. Le tetoubt, berbérisation de tawba, terme éminemment coranique (sourate IX), correspond plus au revirement intérieur, à la conversion morale en direction de la religion qu’à la pénitence, du moins dans son sens commun chrétien-catholique. Ce « revirement » d’attitude intérieure, Foucauld l’a effectué bien avant d’arriver à Tamanrasset. Par contre les pratiques de « mortifications excessives » dont « s’effrayaient les supérieurs de Foucauld » (p. 81) appartiennent à un autre registre qui est celui de la privation, de la souffrance, assimilées à celles de Jésus au Calvaire et si l’on veut bien aller au fond de cette démarche, on y découvre la culpabilité, le péché. L’islam des mystiques de la grande époque (IXe-XIIe siècles) a fait grand cas de la notion de zuhd, que l’on peut traduire par « ascèse », comme moyen ou technique pour progresser vers le Vrai. Vu de l’extérieur, Foucauld pourrait paraître s’adonner au zuhd mais il nous semble que la mortification catholique et l’ascèse islamique diffèrent fondamentalement, à cause de l’idée de châtiment et culpabilité qui n’opère pas dans le zuhd, vécu comme une aide, une libération vers l’extase. Quoi qu’il en soit, il ne nous semble pas très probable que la situation de l’islam chez les Ahaggar ait permis la comparaison ou l’assimilation de Foucauld avec les mystiques ascétiques musulmans dont certains ont justement intéressé Massignon qui, à notre avis, a fortement christianisé le « martyre d’al-Hallâj » (IXe siècle) dont il s’est occupé (de même d’ailleurs que « l’érémitisme » de Shaykh Baye, cité p. 91).

5Il faut s’arrêter. Les analyses des « vies » de Foucauld, par leurs détours et rebondissements, ouvrent encore bien d’autres perspectives au lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constant Hamès, « GALAND (Lionel), éd., Lettres au Marabout. Messages touaregs au Père de Foucauld », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 88-89.

Référence électronique

Constant Hamès, « GALAND (Lionel), éd., Lettres au Marabout. Messages touaregs au Père de Foucauld », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.19, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/20296

Haut de page

Auteur

Constant Hamès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org