Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus d'ouvrages
112.11

COLONOMOS (Ariel), Églises en réseaux. Trajectoires politiques entre Europe et Amérique

Paris, Presses de Sciences Po, 2000, 315 p.
Jean-Pierre Bastian
p. 78-79
Référence(s) :

COLONOMOS (Ariel), Églises en réseaux. Trajectoires politiques entre Europe et Amérique, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, 315 p.

Texte intégral

1Fruit d’une thèse récente de science politique, cet ouvrage tout à fait original et novateur s’intéresse au religieux dans ses rapports au transnational. La question qui l’anime est celle de la signification de la prolifération de mouvements religieux divers pour l’étude des relations internationales. Nous sommes face à une œuvre qui ne se préoccupe pas comme l’a fait il y a quelques années S. Huntington du conflit des civilisations qui aurait une composante religieuse fondamentale après la fin des idéologies politiques. Au contraire, l’auteur s’intéresse à saisir le fait religieux comme un des éléments du changement du système international. Une manière d’aborder ce foisonnement d’initiatives religieuses diverses qui traversent les espaces géopolitiques consiste à partir du concept de réseaux comme nœuds interconnectés d’acteurs transnationaux. En effet l’A. remarque qu’en parallèle avec les modes étatiques de régulation des acteurs religieux institutionnalisés, ont surgi des acteurs identitaires transnationaux marqués par l’informel et une souplesse relationnelle qui leur permet une grande diffusion aussi bien qu’une dynamique d’expansion par capillarité. Il s’agit d’une évolution qui ne date pas des temps de la globalisation, mais dont l’A. trouve l’origine dans la fracture de la Réforme et la mise en ordre westphalienne du monde qui s’ensuivit. La sécularisation et le pluralisme concurrentiel du religieux qui en découla sont la condition pour que les réseaux religieux se mettent en œuvre et contribuent à l’internationalité. Afin de saisir ces logiques de réseau, l’A. prend d’abord pour objet les premières trajectoires du religieux à l’âge moderne à l’épreuve du schéma westphalien de régulation étatique du religieux. Une deuxième partie vise à saisir les dynamiques de la guerre froide où le religieux a évolué dans un sens transnational marqué par l’évolution bipolaire du monde. Une troisième partie approche les transformations « entrepreneuriales » du religieux dans la post-guerre froide avec l’apparition de nouveaux croisés du Sud. Le religieux dans l’international est saisi dans sa mise en œuvre dans un triple espace européen, nord-américain et latino-américain.

2Ceci vaut au lecteur des développements tout à fait originaux sur les conséquences internationales de la Réforme avec une analyse de l’entreprise jésuite comme réseau religieux faisant le choix délibéré de l’informel qui « illustre la tension permanente entre ordre international et scène religieuse ». Le deuxième volet de la démonstration tourne autour des dynamiques de la guerre froide et prend pour objet les réseaux catholiques et protestants dans le contexte bi-polaire, avec une analyse tout à fait novatrice du rôle de l’oecuménisme politique (COE) d’une part, et de la modernisation conservatrice catholique (Opus Dei, Comunione i Liberazione) et protestante (Hommes d’affaires chrétiens charismatiques), de type « entrepreneurial » et global, marquée par la professionnalisation du religieux dans les affaires, de l’autre. Le globalisme catholique implique une présence multiforme à l’échelle internationale dans la complémentarité institution-mouvements religieux catholiques globaux. C’est une manière pour l’Église romaine de se redéployer et de s’ancrer dans la modernité autour de nouveaux enjeux (Dette des pays du Sud, environnement, droits de l’homme par exemple). Du côté protestant, un passage par les Etats-Unis est incontournable et c’est là que se dessine un détournement du « wilsonisme » (tradition politique idéaliste faisant appel aux valeurs en politique) par les acteurs religieux de type évangélique, d’abord aux Etats-Unis mêmes, puis, globalisation oblige, en Amérique latine où une série d’entrepreneurs religieux ont fait leur apparition au cours des années 1980 mettant en place une internationale de partis chrétiens.

3Le religieux dans la modernité que les sociologues de la religion ont eu tendance à réduire soit à une dimension individuelle et subjective soit à servir de relais à une recherche et une affirmation identitaires, prend une dimension insoupçonnée dans ce livre qui s’intéresse au transnational. Il s’agit d’une contribution précieuse qui permet de percevoir sous un angle nouveau les multiples redéploiements du religieux, la scène internationale étant sans doute un révélateur de la difficile privatisation du religieux qui ressurgit là où on ne l’attendait pas comme acteur en réseau capable d’influer, sur le jeu politique international, en contribuant à mettre en place une « société civile globale ». En même temps, l’espace religieux se transforme au gré des mutations internationales et aujourd’hui l’explosion des réseaux religieux accompagne le processus de globalisation et se pose en tension avec le religieux institué dans un monde ouvert aux initiatives non étatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bastian, « COLONOMOS (Ariel), Églises en réseaux. Trajectoires politiques entre Europe et Amérique », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 78-79.

Référence électronique

Jean-Pierre Bastian, « COLONOMOS (Ariel), Églises en réseaux. Trajectoires politiques entre Europe et Amérique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.11, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/20275

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bastian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org