Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus d'ouvrages
112.9

COALTER Milton J., MULDER John M., WEEKS Louis B., éds., The Organizational Revolution. Presbyterians and American Denominationalism

Louisville (Kent.), Westminster/John Knox Press, 1992, 392 p. (bibliogr., tablx., index) (coll. « The Presbyterian Experience. The Twentieth-Century Experience »)
Patrick Harismendy
p. 76-77
Référence(s) :

COALTER Milton J., MULDER John M., WEEKS Louis B., éds., The Organizational Revolution. Presbyterians and American Denominationalism, Louisville (Kent.), Westminster/John Knox Press, 1992, 392 p. (bibliogr., tablx., index) (coll. « The Presbyterian Experience. The Twentieth-Century Experience »)

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunissant douze contributions, et septième d’une bonne collection consacrée aux presbytériens américains, essaie d’apporter une réponse originale à la crise traversée par ce protestantisme majoritaire et « dénominationnel » au cours du XXe siècle. Crise qui le conduisit à faire l’expérience, parfois amère, du pluralisme religieux. Or, selon les initiateurs de ce volume, les lectures habituelles des trois dépressions ou « désétablissements » des Églises que connurent les États-Unis de 1875 à nos jours, (travaux allant d’Arthur M. Schlesinger Sr. à William McKinney) décrivent sans doute bien la fin de la domination des anciennes Églises majoritaires, mais ne l’expliquent qu’imparfaitement. D’où l’idée apparemment un peu aride, mais extrêmement fructueuse au bout du compte, de repartir des Églises-institutions elles-mêmes en les interrogeant, non pas à la lumière du registre canonique ordinaire, mais en les passant au crible de la sociologie des organisations – notamment industrielle et managériale – et en convoquant les méthodes d’Alfred Chandler, le fameux vulgarisateur de la « main visible » en économie. Mais à ceux qu’une indigestion de « marché du religieux » pourraient refouler, soulignons d’emblée que l’absence de comparatisme trans-dénominationnel évite justement de tomber dans ce piège. Il s’agit là d’une évaluation aussi impartiale qu’efficace, en termes historiques, des différentes politiques d’Églises, politiques assises sur les organisations qu’elles se sont données et qui, souvent, n’ont pas su changer au fil du temps.

2Plusieurs dossiers traités sous des angles et des problématiques différents illustrent la richesse de la démarche : les relations de plus en plus conflictuelles entre les échelons d’Églises (paroisses [presbyteries], synodes et Assemblées générales) ; la rétraction de la frontière comme outil de développement indéfini ; les changements d’affectation des dépenses et des dons ; le cantonnement, trop longtemps dans des organisations périphériques, puis ramenées au centre par le contrôle masculin, des organisations féminines ; la place de ce que l’on pourrait appeler l’« action presbytérienne spécialisée » en regard des appareils d’Églises ; la submersion du théologique face aux exigences juridiques et politiques inhérentes à la routinisation de structures complexes. Quelques transversales méritent donc d’être mentionnées.

3D’abord les aspects strictement organisationnels. L.B.W. s’attache a montrer le conflit croissant entre une architecture ecclésiale imperturbable depuis 1789 (date de la première Assemblée générale) et une administration ecclésiastique calquée, dès les années vingt, sur le modèle des grandes compagnies industrielles ou de services. Ainsi vit-on apparaître du côté des structures, « départements », « bureaux » ou « agences » ; du côté des hommes, « experts », « managers », « directeurs », employés à plein temps, parfois hostiles aux pasteurs et les contraignant, par motif de légitimité, à entrer eux aussi dans cette culture de la profitabilité ecclésiastique. Maximum dans les années soixante et soixante-dix (Richard M. Reifsnyder), cet effort de concentration s’assouplit néanmoins à la décennie suivante lorsque la décentralisation régionale devint nécessaire, autorisant de la sorte une réunion amiable des deux grandes Églises, « Presbyterian Church of the U.S. » (P.C.U.S.) et « Presbyterian Church of the U.S.A. » (P.C.U.S.A.). Or, on comprendrait mal le rapprochement de ces deux rivales, nées de la Guerre de Sécession, sans voir leurs différences initiales (Lewis L. Wilkins) ; d’un côté, au Sud, des paroisses très structurées, jouant du contrôle social dans un protestantisme clos et nettement raciste dans bien des cas ; de l’autre, une centralisation déjà avancée au sommet, mais s’expliquant par le besoin de repousser la frontière de l’Ouest en intégrant le plus possible de nouveaux américains. Mais la fin de la conquête et l’urbanisation n’ayant pas suscité l’apparition de nouvelles frontières recevables par des fidèles ancrés dans cette culture, la centralisation du Nord s’est mise au diapason des paroisses sudistes. En d’autres termes, le congrégationalisme est devenu considérable.

4Et il se retrouve sur le plan économique. Puisque les courbes de fléchages des dons entre Assemblée générale (et sa très lourde administration) et les échelons inférieurs (synodes et paroisses) sont aujourd’hui très en faveur des seconds, contrairement au passé (Scott Brunger et Robin Klay). Du reste, et compte tenu des inégalités de volume, les budgets, autrefois publiés dans les comptes-rendus des Assemblées générales, le sont désormais régionalement, preuve que le pouvoir financier s’est déplacé. Deux explications à cela sont proposées pour l’après 1945 (D. Scott Cormode) : l’inefficacité croissante des Assemblées à défendre la « dénomination » : les abyssales dépenses de fonctionnement qui en seraient l’origine. Ce qui confirme le transfert des identités de référence des « dénominations » aux paroisses. Enfin, sans s’appesantir sur le passage très wébérien de la vocation au métier, la lecture croisée des dons féminins et masculins (Joan C. La Folette et Dale E. Soden) permet d’interroger une chronologie différenciée des capacités de mobilisation financière. Dans l’ensemble, et bien qu’elles aient été souvent perçues comme donnant à l’Eglise pour mieux y entrer, mais avec quel retard (1936 pour être « ancienne » et 1956 pour être « pasteure » dans la P.C.U.S., 1960 pour ces deux vocations dans la P.C.U.S.A.), les femmes ont fait preuve d’une générosité discontinue et s’amenuisant depuis la Grande Dépression. A l’inverse, la mobilisation masculine (visible dans des œuvres d’hommes) s’est développée au XXe siècle, mais avec davantage de sensibilité à l’environnement, soit économique, soit moral. En d’autres termes, adaptée aux années d’« America first », cette action est aussi entrée en résonance avec la démobilisation des années 1960 et 1970. Et c’est, finalement comme conséquence logique de ces multiples « désétablissements » que, dans le concert œcuménique, les Églises presbytériennes ont voté en 1990, non pas la déconfessionnalisation de leurs œuvres d’action spécialisée, mais le retrait de leur étiquette « dénominationnelle » (Gary S. Eller). Ce qui conduit à un effondrement d’identité que seules et en dernière analyse, les institutions, pourtant critiquées et malmenées de toutes parts parviennent tant bien que mal à préserver (David B. McCarthy).

5Le bilan est donc sans concession, aussi juste que sévère. Il est surtout porteur d’une méthode d’analyse à échelle variée tout à fait suggestive pour renouveler une histoire de l’Eglise un peu poussiéreuse parfois. On signalera enfin, pour la commodité d’une lecture, déjà agréable, un index nominatif et des contenus très bien faits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Harismendy, « COALTER Milton J., MULDER John M., WEEKS Louis B., éds., The Organizational Revolution. Presbyterians and American Denominationalism », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 76-77.

Référence électronique

Patrick Harismendy, « COALTER Milton J., MULDER John M., WEEKS Louis B., éds., The Organizational Revolution. Presbyterians and American Denominationalism », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.9, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/20268

Haut de page

Auteur

Patrick Harismendy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org