Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus d'ouvrages
112.2

ASSAYAG (Jackie), TARABOUT (Gille), éds., La Possession en Asie du Sud : parole, corps, territoire

Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S., 1999, 447 p. (coll. « Pursatha » n° 21)
Monique Selim
p. 66-67
Référence(s) :

ASSAYAG (Jackie), TARABOUT (Gille), éds.,La Possession en Asie du Sud : parole, corps, territoire, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S., 1999, 447 p. (coll. « Pursatha » n° 21)

Texte intégral

1En regard d’autres aires culturelles (Asie du Sud-est bouddhique, Afrique, Amérique du Sud), la possession a fait l’objet de peu de recherches anthropologiques en Asie du Sud. L’intérêt de cet ouvrage collectif est donc en premier lieu de combler une lacune relative et symptomatique des orientations spécifiques majoritaires sur le sous-continent. Les études réunies portent néanmoins presque exclusivement sur l’Inde avec une exception népalaise, n’incluant pas les pays musulmans du Pakistan et du Bangladesh dont la confrontation aurait pu être éclairante sous l’angle du rapport aux dispositifs religieux dominants et à leurs radicalisations socio-politiques actuelles. Le choix d’organiser les réflexions autour des trois thèmes de la parole, du corps et du territoire, dans une volonté d’articulation des modes d’édification de la personne et de construction de la société s’inscrit dans une perspective anthropologique globale de plus en plus développée, faisant une nouvelle place à l’expérience intime de la possession comme incorporation et à ses encodages socio-culturels. De ce point de vue, les matériaux offerts ouvrent à des regards comparatifs dépassant l’Asie du Sud.

2À un autre niveau, en accordant une grande attention aux acteurs individuels possédés et à leur situation concrète replacée dans le contexte des rapports sociaux en jeu, les articles montrent l’importance de la possession comme production imaginaire polysémique de prise de distance relative face aux ordonnancements sociaux ; plusieurs figures de rapports aux hiérarchies instituées – ici centrales – se dessinent, allant de la consécration reproductrice au compromis conservateur (neutralisation de l’origine de caste du possédé qui néanmoins véhicule dans ses messages le respect des conventions), de la négociation des conflits locaux au dépassement des ruptures de l’ethnici-sation, etc. Dans tous les cas les caractères de médiation et d’opérateur de communication de la possession sont mis en relief, en particulier à travers les contradictions qu’incarnent le possédé et la singularité de ses élaborations personnelles des situations affrontées.

3Les nouveaux types de médiums avec leurs sanctuaires qui se trouvent pris dans les jeux politiques nationaux autant qu’ils sont, tendanciellement, des facteurs d’apaisement au niveau microsocial, illustrent de surcroît les capacités symboliques de fluidité de la possession et ses adhérences constitutives à la mouvance des conjonctures. Cet ouvrage est donc riche d’enseignements pour tout anthropologue – quels que soient son terrain et ses objets de recherche – dans la mesure où il donne à voir la possession comme fait révélateur des structures et des processus sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Selim, « ASSAYAG (Jackie), TARABOUT (Gille), éds., La Possession en Asie du Sud : parole, corps, territoire », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 66-67.

Référence électronique

Monique Selim, « ASSAYAG (Jackie), TARABOUT (Gille), éds., La Possession en Asie du Sud : parole, corps, territoire », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.2, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/20253

Haut de page

Auteur

Monique Selim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org