Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
144-18

Marinella Carosso, La généalogie muette. Résonances autour de la transmission en Sardaigne

Paris, CNRS Éditions/Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006, 295 p.
Joëlle Allouche-Benayoun
p. 163-274

Texte intégral

1C’est le dernier chapitre de l’ouvrage (qui en compte treize) qui donne son titre à l’ouvrage.

2Monographie ethnologique, c’est le territoire et l’histoire du village de Desulo, en Sardaigne, que nous présente l’auteure : histoire de parentés, histoires de sang à venger, histoires d’hommes et de femmes, histoires d’omine, les hommes sages du village, ceux qui savent arbitrer les conflits.

3Tout part d’un mot mystérieux : s’areu, qui en sarde indique « un groupe de parenté à inflexion agnatique », puis tend à « se référer à des fratries (...), et aussi à embrasser des descendants de ces mêmes fratries ». La recherche sur le terrain montre qu’on doit associer à s’areu les termes de su connotu, « qui se réfère à la coutume mais aussi à la transmission entre générations, à la tradition », et sa sienna, le patrimoine, triade langagière qui met l’accent (de façon classique en anthropologie) sur « les liens entre groupes de descendance et territorialité, et les modalités d’héritage ».

4Pourquoi alors une Généalogie muette ? Parce qu’à Desulo, la généalogie ne se dit pas, encore moins à un étranger. Pourquoi ? Parce que dans une société où la vengeance se pratique, la mémoire généalogique réveille plus d’un drame, et peut réveiller du même coup des conflits enfouis, sans compter que cette remémoration en elle-même risque de porter malheur... « dévoiler sa généalogie peut renvoyer à des relation de parenté perturbées, (...) le silence enveloppe histoires et conflits familiaux ».

5Le savoir généalogique est un savoir de classe : les élites connaissent leur généalogie, et celle des autres, même s’ils ne veulent pas en parler ; les plus modestes n’ont une connaissance claire ni de leur propre généalogie, ni de celle des autres, mais s’attardent volontiers sur les mœurs des uns et des autres : concubinage, enfants illégitimes... à chacun son savoir.

6L’auteure montre comment, au niveau méthodologique, le chercheur sur le terrain se doit d’être attentif non seulement à ce qu’on veut bien lui dire, mais aussi et surtout aux non-dits, à ce qu’on lui cache. De même qu’à l’analyse des conflits qu’arbitrent les hommes sages, les omine.

7On comprend dès lors pourquoi la généalogie se doit d’être muette : dite, ou pire écrite, elle met à nu. Mais cela est vrai de la généalogie ascendante, pas de la généalogie descendante : on cite volontiers ses fils et petits-fils, pas ses pères et grands-pères ! La généalogie, s’areu en sarde de Desulo, c’est aussi le flux vital, qui descend de génération en génération d’hommes, qui ne remonte pas, au risque de mettre à jour des secrets enfouis. L’auteure souligne le refus de la mort, propre à la culture locale, qui se manifeste aussi par l’effroi que ressentent ses interlocuteurs lorsqu’elle leur montre sur un diagramme généalogique, côte à côte, les noms des vivants et ceux des morts.

8Là, à côté de la réticence à dire sa généalogie, se déploie l’émotion à la voir matérialisée sur le papier.

9La passion généalogique qui affecte toutes les couches de nos sociétés occidentales depuis une trentaine d’années, peut se heurter au cœur de l’Europe, dans une région de Sardaigne, au refus de familles qui la conçoivent, puisqu’elle met à jour leurs liens de parenté et parlent de leurs drames familiaux, comme un viol de leurs liens familiaux, de leurs histoires, de leur intimité.

10L’ouvrage propose quelques photos saisissantes d’habitants du village : un mariage, un baptême, des personnages au visage fermé, sans sourire, quelques cartes ainsi que des index (thématique, de noms propres, toponymiques) et un glossaire fort utiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Allouche-Benayoun, « Marinella Carosso, La généalogie muette. Résonances autour de la transmission en Sardaigne », Archives de sciences sociales des religions, 144 | 2008, 163-274.

Référence électronique

Joëlle Allouche-Benayoun, « Marinella Carosso, La généalogie muette. Résonances autour de la transmission en Sardaigne », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 144 | octobre-décembre 2008, document 144-18, mis en ligne le 04 février 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/18993

Haut de page

Auteur

Joëlle Allouche-Benayoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org