Navigation – Plan du site

Le temps des convertis, signe et trace de la modernité religieuse au début du xxe siècle

Frédéric Gugelot
p. 45-64

Résumés

Dans un temps, les années 1910, où de sécularisation et de désenchantement, la figure du converti fut promue grâce au récit de conversion. Le converti était la preuve de la présence de Dieu au XXe siècle et de la pérennité de l’Église. Mais il révélait aussi un monde sans foi où la modernité religieuse s’exprimait par l’engagement individuel d’adultes et non par la tradition transmise. Un réseau d’amitié littéraire puis spirituelle permit à ces cheminements personnels de trouver des soutiens tout en amplifiant le mouvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Le temps des convertis, signe et trace de la modernité religieuse au début du xxe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 119 | 2002, 45-64.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Le temps des convertis, signe et trace de la modernité religieuse au début du xxe siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 119 | juillet - septembre 2002, mis en ligne le 18 novembre 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/1724 ; DOI : 10.4000/assr.1724

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Université de Reims

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org