Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
142-47

Achiel Peelman, Les nouveaux défis de l’inculturation

Ottawa-Bruxelles, Novalis-Lumen Vitæ, 2007, 239 p.
Raymond Courcy
p. 191-321

Texte intégral

1Achiel Peelman est un ancien recteur de la faculté de théologie de l’université Saint-Paul d’Ottawa. Il est en particulier spécialiste de la spiritualité amérindienne. Ce livre de théologie, dans le contexte actuel de l’évolution du monde, veut tracer des perspectives pour un renouveau de l’Église catholique et de sa mission. Il propose « une problématique qui se oncentre sur le développement d’une Église polycentrique, sur la capacité de cette Église d’évangéliser les cultures en se mettant à l’écoute des grands mouvements contemporains et, enfin, sur la nécessité de développer une spiritualité qui aide les disciples du Christ à assumer pleinement leur vocation missionnaire sous la mouvance de l’Esprit » (p. 50).

2Le premier chapitre fait un état des lieux de ce concept d’inculturation apparu récemment dans le vocabulaire théologique. Il y a ce double mouvement. Ce n’est pas seulement une adaptation à la culture du pays (la foi d’une manière ou d’une autre est toujours acculturée). Mais, avec Jean-Paul II, « l’inculturation est incarnation de l’Évangile dans les cultures autochtones et en même temps introduction de ces cultures dans la vie de l’Évangile. » « Ce n’est pas l’Église qui fait la Mission, c’est la Mission qui fait l’Église. » Or depuis que le mot est apparu, le contexte a changé, l’Église catholique est entrée dans le troisième millénaire. Il y a eu la rupture doctrinale de Vatican II avec, en particulier, la reconnaissance de la doctrine des droits de l’Homme et la promotion de la liberté religieuse. Mais il y a surtout une rupture géographique avec la fin d’un christianisme occidental, la croissance des chrétientés d’Asie et la présence massive des catholiques en Amérique du sud et en Afrique. Nous avons désormais une Église plus collégiale, une Église polycentrique et multiculturelle. Chaque Église locale assure alors la responsabilité immédiate de sa propre réalisation et de sa propre mission.

3Dans un monde marqué par la globalisation et la marchandisation, il s’agit de proposer une autre vision du monde qui ne soit pas celle des fondamentalismes religieux ou des multiples propositions éclatées des nouveaux mouvements religieux. L’auteur, dans le deuxième chapitre propose que l’Église se situe dans une perspective de protestation : « une Église polycentrique qui fonde son unité sur la puissance universelle de l’Évangile. » (p. 103) L’Église, par l’inculturation, se doit de rencontrer tout milieu particulier en profondeur et se doit de transformer ce milieu particulier en proposant une authentique libération. Dans notre monde aujourd’hui, elle doit promouvoir une culture de la solidarité et de la paix : la rencontre d’Assise en est une réalisation plus que symbolique. La globalisation de notre monde rend l’inculturation encore plus actuelle.

4Dès lors, l’Église catholique se doit d’être encore plus à l’écoute du monde contemporain. C’est l’objet du troisième chapitre. Le pluralisme religieux exige que l’inculturation soit d’abord dialogue ; cela permet d’approfondir des aspects majeurs de la foi chrétienne non pas en opposition, mais en communion avec les autres religions. Quelle place en effet peut-on accorder aux autres religions dans l’histoire de l’humanité ? Que peut-on dire ? Avec Karl Rahner, l’auteur propose de souligner l’antériorité de la grâce et de l’œuvre de l’Esprit. Il a la conviction que le salut est pour tout homme et se réalise avec le Christ. L’Esprit est universellement présent dans les autres religions. Il se réalise pleinement à travers les efforts de dialogue et de communion avec les autres traditions religieuses. Et, renchérit encore l’auteur, l’inculturation ne peut se réaliser qu’à partir de la base et doit impliquer toute la communauté chrétienne.

5Enfin l’inculturation, loin d’être d’abord une stratégie pastorale, est d’abord une aventure spirituelle pour accompagner les hommes avec beaucoup de souplesse dans leur libre quête de Dieu. Nous sommes donc dans un nouveau paradigme missionnaire. Abandonner la prétention absolutiste, reconnaître chez les autres l’action de l’Esprit, c’est la vocation de chaque Église locale dont la mission au-delà du « verbe » est de s’engager sur les terrains nouveaux de la libération, des droits de l’Homme, de la solidarité avec les pauvres, etc. Peut-être s’agit-il aussi de redécouvrir à travers le respect des grandes traditions religieuses le véritable temps de Dieu ? Ainsi, toute inculturation authentique doit aboutir à une réponse créatrice et inédite de la proclamation de l’Évangile. Elle est « œuvre de la puissance et de la patience de l’Esprit. »

6On aura saisi les perspectives engagées de l’auteur : la nécessaire nouveauté du paradigme missionnaire dans un dialogue audacieux avec les cultures et les traditions religieuses, la nécessaire et radicale transformation de l’organisation de l’Église catholique dont le dynamisme ne peut plus venir d’une centralité romaine et occidentale, mais celui d’une Église polycentrique et polyculturelle. Et ceci ne peut se réaliser que si les communautés chrétiennes à la base sont très actives. Notons enfin une bibliographie très complète sur le sujet, très utile pour tous ceux qui voudront approfondir le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Courcy, « Achiel Peelman, Les nouveaux défis de l’inculturation », Archives de sciences sociales des religions, 142 | 2008, 191-321.

Référence électronique

Raymond Courcy, « Achiel Peelman, Les nouveaux défis de l’inculturation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 142 | avril-juin 2008, document 142-47, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/15833

Haut de page

Auteur

Raymond Courcy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org