Navigation – Plan du site
In Memoriam

L’entrée de Jean Séguy dans le GSR

Jacques Maître
p. 157-158

Texte intégral

1L’entrée de Jean Séguy dans le GSR

2Le noyau originel du Groupe de Sociologie des Religions et des Archives (Henri Desroche, François-André Isambert, Jacques Maître et Émile Poulat) fonctionnera tel quel pendant des dizaines d’années ; les chercheurs et techniciens qui viendront s’agréger à l’équipage prendront l’habitude d’appeler ces fondateurs « les archevêques », terme dont l’humour souligne aussi la hiérarchisation implicite qui caractérisera le fonctionnement du laboratoire et de la revue. Pourtant, un archevêque supplémentaire se trouvera intronisé dès 1960 : Jean Séguy.

3Desroche était entré au CNRS en 1951 ; Isambert et Maître en 1954 ; Poulat, en 1955. Je voudrais évoquer ici les circonstances dans lesquelles Séguy se présente à son tour en 1960. À cette époque, je suis membre de la Section de sociologie du Comité national de la recherche scientifique et je dois donc, à ce titre, participer à la sélection des candidats. Je me trouve ainsi destinataire d’une lettre dactylographiée de Séguy, introduisant son dossier, en date du 11 juin 1960. Le texte de ce document révèle d’emblée la façon d’être de notre collègue.

4Mon curriculum vitae ne me semble pas très susceptible de vous aider à défendre ma candidature. À toutes fins utiles, voilà : licence ès Lettres (anglais !) ; certificat d’histoire des religions (option A, Christianisme) ; élève titulaire de l’École Pratique des Hautes Études (Protestantisme et origines chrétiennes). À part cela, enseignement du français en Angleterre (un an), et en Égypte (deux ans), puis six ans d’enseignement de l’anglais dans des établissements honorables, mais catholiques ! Quant à ma production, j’en joins la liste. Il faudra, je crois, surtout insister sur ma bonne volonté !

5D’avance, encore merci ; et surtout ne vous mettez pas martel en tête si ça ne marche pas. Je vous demanderais simplement de me mettre un mot à la poste dès que cela vous sera possible après la session de la Commission, pour me permettre d’envisager l’année qui vient aussi rapidement que possible. Je fais mes envois de papier à ces Messieurs. Merci encore.

6[Signé] Jean Séguy

7[Ajouté à la main :] Célibataire et 35 ans (confidentiel, évidemment !!!).

8Patronné par Émile-G. Léonard, ce candidat si discret compte à son actif sept publications, dont trois dans les Archives, pour la plupart en sociologie du protestantisme. Il a déjà rédigé la plus grande partie de ses 270 pages sur les Mennonites Amish des États-Unis. Les projets de recherche présentés pour le CNRS comportent la confection d’une thèse principale sur Saint Ignace et Menno Simons, et une thèse secondaire sur Les Mennonites français, avec Ernst Troeltsch comme référence théorique majeure. Sa démarche joint l’érudition historique et l’enquête de terrain ; il observe depuis cinq ans les Assemblées anabaptistes-mennonites de France. Ses textes allient une théorisation pénétrante et une écriture maîtrisée. Le « nouveau » n’est certes pas un débutant !

9Aussi prendra-t-il rang archi-épiscopal dès son arrivée dans la confrérie des ASSR.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Maître, « L’entrée de Jean Séguy dans le GSR », Archives de sciences sociales des religions, 141 | 2008, 157-158.

Référence électronique

Jacques Maître, « L’entrée de Jean Séguy dans le GSR », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 141 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 02 juillet 2008, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/13112

Haut de page

Auteur

Jacques Maître

jmaitre@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org