Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam Jean Séguy (1925-2007)

Danièle Hervieu-Léger
p. 155-157

Texte intégral

1Jean Séguy nous a quittés le 9 novembre 2007, à l’âge de 82 ans. Son grand livre Les Assemblées annabaptistes-mennonites en France paru en 1977 (Mouton) le fit reconnaître comme l’un des spécialistes les plus érudits de la sociologie historique des dissidences chrétiennes des époques modernes et contemporaines. Toute sa trajectoire intellectuelle a été gouvernée par le projet de rendre compte de la puissance utopique des groupements volontaires – sectes radicales issues de la Réforme d’une part, ordres religieux d’autre part – qui réunissent des croyants qualifiés, aspirant à une vie toute entière organisée par la foi. Ce christianisme intégral est réservé à une élite de virtuoses capables de se soutenir mutuellement dans leur refus de tout compromis avec la politique et la culture mondaines. Il est au principe des expérimentations communautaires d’une alternative sociale, qui vaut anticipation du Royaume, mais qui se veut aussi interpellation du monde tel qu’il est, au prix du conflit avec les lois des États et des Églises.

2C’est auprès d’Henri Desroche – à qui alla, jusqu’à la fin de sa vie, sa reconnaissance d’avoir converti le professeur d’anglais qu’il était à la recherche en sociologie des religions – que Jean Séguy affina ses premières approches de la religion comme utopie. Entré en 1960 au Centre National de la Recherche Scientifique où il effectua toute sa carrière, c’est dans la rumination ininterrompue des œuvres de Max Weber et d’Ernst Troeltsch qu’il construisit le cadre théorique de ses analyses du christianisme comme religion de prophétie éthique. Sur toute la durée de son parcours de recherche, il affronta, de diverses façons, la question du conflit religieux. Paru en 1973, le premier livre qui le fit connaître, et qui portait sur l’œcuménisme des groupes chrétiens dissidents, tardivement réintégré dans les institutions officielles, s’intitulait déjà Les conflits du dialogue (Cerf). Le dernier ouvrage qu’il publia en 1999, et qui rassemble douze textes clés de son « parcours wébérien » porte le titre Conflit et utopie, ou réformer l’Église (Cerf).

3Ce dernier livre est en fait un recueil de ses articles les plus importants, articles peaufinés longuement, avec la rigueur et la minutie érudite qui étaient sa marque propre. Cette marque, Jean Séguy – qui attachait également le plus grand prix à l’exercice serré qu’est la recension d’ouvrages – s’employa à la transmettre aux Archives, dont il fut rédacteur en chef attentif et exigeant de 1980 à 1988.

4Le conflit religieux, dont sa pensée déploie les tours et retours sur différents terrains protestants et catholiques, est conflit social. Il est tout autant conflit personnel. Il traverse le croyant lui-même, écartelé entre les exigences de l’Esprit et l’obligation incontournable de réaliser sa vocation dans ce monde-ci. Et c’est en ce point, bien sûr, que se livre l’enjeu personnel qui fait aussi de ce parcours savant une trajectoire spirituelle. Cette tension qu’il explorait fut aussi sans doute la blessure, qui marqua toute la vie de Jean Séguy. Une tension que l’on peut rassembler en une question, évidemment insoluble : Comment, pour pouvoir vivre, composer avec le monde, tout en préservant en même temps cette exigence fondatrice de la radicalité chrétienne qui requiert de ne rien céder à ce qui lui est « extérieur » ?

5Je ne compte pas les fois où j’ai débattu avec lui, sur le mode plaisant ou sur un mode plus polémique, de la solitude inexorable à laquelle le conduisait, selon moi, cette conception redoutable, et discutable, de l’exigence chrétienne. Il avait choisi d’en payer le prix, mais je peux témoigner qu’il n’en a pas moins souffert.

6Ce choix, cependant, ne fut pas seulement souffrance. Il lui valut aussi l’admiration et l’affection de tous ceux qui apprenaient à connaître, derrière l’austérité du chercheur, la générosité et la sensibilité d’un homme qui était le plus fidèle et le plus attentif des amis.

7Ceux-ci étaient nombreux dans les milieux universitaires et les réseaux savants qu’il fréquenta aux différentes époques de sa carrière, à Paris, à Sherbrooke, à Oxford, à Louvain ou à Padoue. Ils étaient nombreux aussi dans les institutions religieuses dont il était familier, chez ses amis mennonites, à l’Institut catholique de Paris ou dans la Compagnie de Jésus, à laquelle il réserva sans doute ses attachements les plus puissants.

8Le merveilleux professeur qu’il était laisse derrière lui une génération de chercheurs, en France et à l’étranger, qui ont appris leur métier auprès de lui. L’attention bienveillante qu’il accordait à chacun de ses étudiants, le souci qu’il avait de leur réussite et non de sa propre gloire à travers eux, la douceur qu’il savait leur manifester quand ils étaient dans le doute : c’est là le souvenir le plus précieux que nous, qui avons été de ceux-là, garderons de lui.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://assr.revues.org/docannexe/image/13102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Hervieu-Léger, « In Memoriam Jean Séguy (1925-2007) », Archives de sciences sociales des religions, 141 | 2008, 155-157.

Référence électronique

Danièle Hervieu-Léger, « In Memoriam Jean Séguy (1925-2007) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 141 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 02 juillet 2008, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/13102

Haut de page

Auteur

Danièle Hervieu-Léger

Présidente de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales - hervieu@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org