Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
140-35

Julien Fuchs, Toujours prêts ! Scoutismes et mouvements de jeunesse en Alsace 1918-1970

Préface d’André Rauch. Strasbourg, La Nuée Bleue, 2007, 432 p.
Charles Mercier
p. 157-310

Texte intégral

1Longtemps parent pauvre de l’historiographie, l’étude des organisations de jeunesse a connu un véritable décollage au début des années 1980, sous l’impulsion notamment de Gérard Cholvy. Le livre de Julien Fuchs, centré sur l’Alsace, s’inscrit dans ce sillage.

2La première partie de l’étude s’intéresse à la naissance des organisations de jeunesse modernes aux lendemains du retour de l’Alsace dans la France après la Grande Guerre. À partir des cercles et patronages paroissiaux qui existaient avant le conflit, de nouveaux types de prises en charge socio-éducatives, valorisant l’autonomie du jeune, le rapport à la nature et l’exercice corporel, se développent à partir de 1918 : colonies de vacances, scoutismes, mouvements étudiants. Organisés progressivement à l’intérieur des fédérations nationales françaises, les mouvements de jeunes alsaciens n’en restent pas moins très attachés aux particularismes régionaux et gardent une grande autonomie. Les efforts de la Ligue de l’enseignement et des laïcs pour disputer l’encadrement de la jeunesse aux différentes confessions religieuses (qui se livrent entre elles à une forte concurrence) n’obtiennent qu’un succès limité, dans un contexte de fort attachement au statut concordataire.

3Dans les années 1930, étudiées dans une deuxième partie, ces organisations montent en puissance et se diversifient avec l’apparition du mouvement des auberges de jeunesse et de l’Action catholique spécialisée. En valorisant le loisir, la nature et la camaraderie, ils collent à l’esprit du Front populaire. Si l’encadrement hitlérien de la jeunesse qui se met en place de l’autre côté de la frontière peut séduire certains mouvements autonomistes, son caractère militariste et totalitaire sert plutôt de repoussoir à la grande majorité des organisations.

4La troisième partie, sans doute la plus intéressante, analyse la trajectoire et le rôle de ces groupements durant la Seconde Guerre mondiale. Avec la mobilisation des hommes et l’évacuation d’une partie des civils alsaciens vers le Sud-Ouest de la France en 1939, les activités classiques sont fortement perturbées mais les mouvements réinvestissent leur idéal de service dans l’aide aux réfugiés. Après juin 1940, l’Alsace est annexée de fait. L’embrigadement de la jeunesse est un enjeu majeur pour les Nazis. Le 16 août 1940, les groupements existants sont dissous. Les jeunesses hitlériennes qui sont introduites par la contrainte touchent dès 1941, près de 75 % de la population juvénile tandis que la majorité des anciens groupes essayent de contourner l’interdiction par des réunions discrètes. Certaines unités scoutes, s’appuyant sur les principes de loyauté et de courage, sur les capacités de débrouillardise et sur le goût de l’aventure développés par leur pédagogie, entrent en Résistance. Le réseau des Pur-sang, composé de Guides et Scouts de France, met sur pied une filière importante d’évasion des prisonniers de guerre. Les jeunes Alsaciens évacués, qui restent durant le conflit dans la France de Vichy, ne sont pas soumis aux mêmes contraintes. La Révolution nationale subventionne même fortement les mouvements de jeunes, vus comme des éléments de régénération capables de diffuser l’idéologie du régime. Cette politique est suivie d’effets car les organisations participent au maréchalisme ambiant mais la reconstitution des groupes de jeunes alsaciens permet aussi de ranimer les espérances de libération de la « petite » et de la « grande patrie » et entraîne nombre d’entrées en Résistance.

5Après le second conflit mondial, la spécificité alsacienne dans l’histoire des mouvements de jeunesse est moindre. En effet, pour les responsables alsaciens, la volonté de réintégration culturelle à la France d’une jeunesse qui a été soumise à la nazification prime sur la défense des particularismes. La période allant de 1945 à 1958 (étudiée dans la quatrième partie) est faste pour les mouvements. Les jeunes, qui ne pouvaient s’organiser durant l’annexion, s’inscrivent massivement dans les groupes qui se restructurent. Ceux-ci peuvent s’appuyer sur les pouvoirs publics qui mettent en place progressivement une véritable politique de la jeunesse (création de services départementaux de la Jeunesse et des sports, subventionnement des organisations...). Cet âge d’or se termine à la fin des années 1950. Durant la période 1958-1970 (cinquième partie), les mouvements alsaciens déclinent alors même que, paradoxalement, les jeunes s’affirment comme la force sociale dominante. C’est que le goût croissant pour une sociabilité informelle, la démocratisation des vacances familiales, le rapport plus individualiste et consumériste au loisir et au sport, les conflits politiques entre les jeunes responsables et les hiérarchies ecclésiales, les désaccords internes, affaiblissent les mouvements. Leurs tentatives d’adaptation ne suffisent pas à inverser une tendance orientée à la baisse des effectifs même si celle-ci est moins prononcée en Alsace que dans le reste de la France. Mai 68, qui voit l’Alsace à la pointe de la contestation étudiante, accentue la crise de ces organisations de jeunes par la remise en cause des formes hiérarchisées et idéologisées d’encadrement.

6Le livre est issu d’une thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives. Si Julien Fuchs fait œuvre d’histoire, il n’est cependant pas totalement familiarisé avec les usages de la discipline. On regrettera que les illustrations et les citations ne soient pas toujours référencées et que lorsqu’elles le sont, les pages du document source ne soient pas indiquées précisément. L’auteur aurait sans doute pu éviter quelques redondances en s’affranchissant de son découpage chronologique pour les objets les plus permanents de son étude. Ainsi le chapitre 4 de la première partie consacrée aux années 1920 (« La nature, terreau de nouvelles sociabilités ») et le chapitre 6 de la deuxième partie consacrée aux années 1930 (« Usages du plein air et des pratiques corporelles ») sont répétitifs et auraient gagné à être fondus en un seul chapitre transversal. Cela dit, malgré ces lacunes, la pertinence patrimoniale et historique de ce travail ne fait aucun doute. En interrogeant les acteurs de la période et en utilisant des sources régionales encore peu exploitées, l’auteur fait revivre avec passion une mémoire qui était sur le point de disparaître avec les derniers témoins. Grâce à un outillage méthodologique et conceptuel utilement exposé à la fin de l’ouvrage, Julien Fuchs n’en reste pas au stade de l’anthologie et propose un cadre interprétatif classique mais solide aux paroles et aux écrits qu’il a recueillis. Ce faisant, il enrichit la connaissance scientifique des organisations de jeunesse du xxe siècle d’autant que son choix d’aborder de front l’ensemble de ces groupes à une échelle régionale, alors que les approches précédentes privilégiaient un mouvement ou une famille de mouvements à l’échelle nationale, permet des comparaisons élargies, non seulement entre les différentes organisations confessionnelles, mais aussi entre celles-ci et les organisations laïques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Mercier, « Julien Fuchs, Toujours prêts ! Scoutismes et mouvements de jeunesse en Alsace 1918-1970 », Archives de sciences sociales des religions, 140 | 2007, 157-310.

Référence électronique

Charles Mercier, « Julien Fuchs, Toujours prêts ! Scoutismes et mouvements de jeunesse en Alsace 1918-1970 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 140 | octobre - décembre 2007, document 140-35, mis en ligne le 02 juillet 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/10723

Haut de page

Auteur

Charles Mercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org