Navigation – Plan du site

Les Ordres religieux du Moyen Age : des organisations fermées ? Le cas de Cluny

Jean Nizet
p. 41-60

Résumés

Diverses théories postulent que les organisations anciennes sont plus « autosuffisantes », plus « fermées » que les organisations contemporaines. Cet article prend le contre-pied de ces affirmations en montrant que l’ordre de Cluny, durant les premiers siècles de son existence (Xe-XIIe siècle), entretient des rapports étroits avec son environnement. Plus précisément, en nous situant dans le cadre de la ressource dépendance perspective, nous montrons que Cluny a besoin de ressources diverses – ressources immobilières, financières et humaines – et qu’il met en place des moyens très diversifiés pour les acquérir et en garder le contrôle. Ces moyens sont de trois ordres : 1) des relations personnelles avec des acteurs clé de l’environnement, 2) l’usage du langage et des symboles et 3) des règles et des structures formelles. Sur plusieurs points, les rapports que Cluny entretient avec son environnement présentent des similarités avec ce qu’on observe dans certaines organisations contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Nizet, « Les Ordres religieux du Moyen Age : des organisations fermées ? Le cas de Cluny », Archives de sciences sociales des religions, 123 | 2003, 41-60.

Référence électronique

Jean Nizet, « Les Ordres religieux du Moyen Age : des organisations fermées ? Le cas de Cluny », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 123 | juillet - septembre 2003, mis en ligne le 17 novembre 2005, consulté le 24 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/1065 ; DOI : 10.4000/assr.1065

Haut de page

Auteur

Jean Nizet

Facultés universitaires de Namur, Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org