Navigation – Plan du site

Vers un nouveau concordat ?

Marc Andrault
p. 5-39

Résumés

La réception à Matignon par Lionel Jospin, le 12 février 2002, de représentants de la hiérarchie catholique conduits par le nonce, est aux yeux de celle-ci, une nouvelle étape « au-delà de la loi de séparation ». Conformément à une stratégie mise au point en 1925, la demande d’une interprétation souple a remplacé provisoirement, depuis 1990, celle que la CEF, dans un contexte jugé plus favorable, avait exprimée à partir de 1987 : la révision d’une loi qu’elle n’a acceptée en 1924 qu’à titre d’essai. C’est à travers les institutions de l’Union européenne qu’elle tente aujourd’hui d’obtenir que la République laïque fonde ses valeurs sur Dieu, et par la pratique administrative, la jurisprudence ou une législation parallèle qu’elle voudrait se faire reconnaître un statut de service public. Un pragmatisme analogue conduit le pouvoir, après appréciation du rapport de force, à se montrer plus souple sur le second point que sur le premier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Andrault, « Vers un nouveau concordat ? », Archives de sciences sociales des religions, 123 | 2003, 5-39.

Référence électronique

Marc Andrault, « Vers un nouveau concordat ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 123 | juillet - septembre 2003, mis en ligne le 25 octobre 2005, consulté le 26 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/1063 ; DOI : 10.4000/assr.1063

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org