Navigation – Plan du site

Georg Jellinek, Max Weber, le politique et la tâche de la sociologie des religions

Jean Martin Ouédraogo
p. 105-137

Résumés

Ce texte montre qu’en s’intéressant au rapport entre religion et économie, en fait, Max Weber effectuait un détour pour être à même de comprendre celui qui noue religion et politique. Dans le domaine des religions, il a inscrit ses réflexions dans le sillage des travaux de Georg Jellinek. Mais il se distingua de ce dernier et de ses prédécesseurs du point de vue de l’historiographie du puritanisme. Son entreprise fut fortement tributaire du motif et de l’intention politiques qui la commandèrent. Ainsi il conçut cette sociologie pour rendre compte des principes religieux qui permirent le double avènement de la bourgeoisie au pouvoir politique et de la politique de puissance en Angleterre. Ce projet n’a toutefois pas été mené à son terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Martin Ouédraogo, « Georg Jellinek, Max Weber, le politique et la tâche de la sociologie des religions », Archives de sciences sociales des religions, 127 | 2004, 105-137.

Référence électronique

Jean Martin Ouédraogo, « Georg Jellinek, Max Weber, le politique et la tâche de la sociologie des religions », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 127 | juillet - septembre 2004, mis en ligne le 25 juin 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/1056 ; DOI : 10.4000/assr.1056

Haut de page

Auteur

Jean Martin Ouédraogo

Fasse – Institut Catholique – Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org