Navigation – Plan du site

Le concept d’affinité élective chez Max Weber

Michael Löwy
p. 93-103

Résumés

Le terme « affinité élective » (Wahlverwandtschaft) a une longue histoire, largement antérieure aux écrits de Max Weber. Il s’agit d’un itinéraire complexe qui va de l’alchimie à la littérature romantique (Goethe), et de celle-ci aux sciences sociales. Weber n’utilise le concept que trois fois dans L’Éthique protestante, mais il apparaît aussi dans d’autres écrits, dans la plupart des cas dans le domaine de la sociologie des religions. Weber ne le définit pas, mais on pourrait proposer la définition suivante, à partir de l’usage wébérien du terme : l’affinité élective est le processus par lequel deux formes culturelles – religieuses, intellectuelles, politiques ou économiques – entrent, à partir de certaines analogies significatives, parentés intimes ou affinités de sens, dans un rapport d’attraction et influence réciproques, choix mutuel, convergence active et renforcement mutuel. Sans se substituer aux autres paradigmes analytiques, explicatifs ou compréhensifs, l’affinité élective peut constituer un angle d’approche nouveau, jusqu’ici peu exploré, dans le champ de la sociologie de la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « Le concept d’affinité élective chez Max Weber », Archives de sciences sociales des religions, 127 | 2004, 93-103.

Référence électronique

Michael Löwy, « Le concept d’affinité élective chez Max Weber », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 127 | juillet - septembre 2004, mis en ligne le 25 juin 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/1055 ; DOI : 10.4000/assr.1055

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits Religieux – CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org