Navigation – Plan du site

L’Ethique des grandes religions et l’Esprit de Max Weber

François-André Isambert
p. 9-32

Résumés

Une série de traductions nouvelles vient d’élargir la perspective du public francophone sur l’oeuvre de Weber. La sociologie religieuse de Weber déborde maintenant très largement pour nous la question des rapports entre protestantisme et capitalisme, dans l’ombre du marxisme, et devient une vaste fresque des religions mondiales et des civilisations qu’elles caractérisent, depuis l’Antiquité jusqu’aux religions contemporaines de l’Extrême-Orient. Le rapport causal entre religion et économie a éclaté en une multitude de relations entre croyances religieuses, structures ecclésiastiques, dominations politiques, couches sociales et vie économique. Dans cette complexité émergent le rapport au Monde et la propension à le transformer, par opposition au conservatisme des affinités magiques entre l’homme et le sens qu’elles confèrent à l’Univers. Toute religion apparaît de ce fait comme un véhicule de la magie mais aussi comme une tentative pour la surmonter par une rationalisation multiforme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-André Isambert, « L’Ethique des grandes religions et l’Esprit de Max Weber », Archives de sciences sociales des religions, 127 | 2004, 9-32.

Référence électronique

François-André Isambert, « L’Ethique des grandes religions et l’Esprit de Max Weber », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 127 | juillet - septembre 2004, mis en ligne le 25 juin 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/1050 ; DOI : 10.4000/assr.1050

Haut de page

Auteur

François-André Isambert

École des Hautes Études en Sciences Sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org