Navigation – Plan du site
Réflexions sur les formes d'autorité religieuses Réflexions sur les formes d'autorité religieuses

Les Autorités religieuses dans le chiisme duodécimain contemporain

Sabrina Mervin
p. 63-77

Résumés

Face aux pouvoirs politiques en place, les oulémas chiites ont adopté une attitude de réserve, voire de contestation, car ils considèrent que seul l’imam est à même d’exercer l’autorité spirituelle et politique sur la communauté des croyants. À partir du XIe siècle, ils élaborèrent des doctrines leur permettant d’élargir leur autorité religieuse, jusqu’à l’institution de la marja‘iyya. Depuis la fin du XIXe siècle, celle-ci s’est développée et organisée en une autorité religieuse supra-étatique et transnationale, plus ou moins centralisée, dont l’indépendance par rapport à l’État repose sur l’autonomie financière des clercs. Ceux-ci constituent une élite religieuse soucieuse d’assurer sa cohésion et sa reproduction. Cependant, la vulgarisation du savoir, promue notamment par la République islamique d’Iran, a amené de nouveaux acteurs. Quant à la marja‘iyya, elle fait l’objet de débats qui tendent à l’organiser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Mervin, « Les Autorités religieuses dans le chiisme duodécimain contemporain », Archives de sciences sociales des religions, 125 | 2004, 63-77.

Référence électronique

Sabrina Mervin, « Les Autorités religieuses dans le chiisme duodécimain contemporain », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 125 | janvier - mars 2004, mis en ligne le 22 février 2007, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/1033 ; DOI : 10.4000/assr.1033

Haut de page

Auteur

Sabrina Mervin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org